Otages au Mali: Paris pris dans le piège d'al-Qaida

le
0
Les quatre Français enlevés sur un site d'Areva au Niger sont retenus en otage depuis deux ans sans qu'une solution ne se dessine.

Dimanche marquera l'anniversaire des deux années de captivités pour quatre hommes, quatre Français otages aux confins du désert malien d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Deux ans qui sonnent comme le symbole d'une certaine impuissance de la France à endiguer l'expansion des idées djihadistes dans le Sahel.

Car, depuis leur capture dans la nuit du 16 septembre 2010 à Arlit, au Niger, où ils travaillaient pour la société Areva ou pour Sogea-Satom, peu d'avancées ont été enregistrées sur le sort et l'avenir de ces détenus. «On vit un enfer», raconte René Robert, le grand-père de l'un des séquestrés qui reconnaît «ne pas savoir grand-chose».

Aqmi a pignon sur rue au Mali

Pierre Legrand, Marc Ferret, Daniel Larribe et Thierry Dol sont aux mains d'Abou Zeid, un islamiste algérien, chef d'une des principales brigades d'Aqmi au Mali. «C'est un vrai intégriste, très décidé mais très versatile, ce qui ne facilite pas les choses», souligne un négociateur ouest

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant