Otage mort au Mali : le frère de Gilberto Rodrigues Leal «accablé»

le
0
Otage mort au Mali : le frère de Gilberto Rodrigues Leal «accablé»
Otage mort au Mali : le frère de Gilberto Rodrigues Leal «accablé»

David Rodrigues Leal, le frère de l'otage français dont le groupe jihadiste Mujao a annoncé mardi la mort, «attend de pouvoir récupérer le corps pour faire le deuil». C'est ce qu'il a confié ce mercredi au micro de RTL, assurant être «accablé» même si sa famille savait «depuis décembre que le Quai d'Orsay était pessimiste».

La veille, le groupe jihadiste actif au Sahel a annoncé la mort de Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 au Mali. «Il est mort parce que la France est notre ennemie», a notamment déclaré Yoro Abdoul Salam, l'un des responsables du Mujao qui n'a pas précisé quand et dans quelles circonstances l'otage était décédé.

«Je pense que la France a fait tout ce qu'elle a pu», a estimé le frère du défunt. Mais «quand les ravisseurs ont demandé à négocier, trois à quatre mois après son enlèvement, la France aurait peut-être dû rentrer en contact», a-t-il tout de même regretté.

Mardi, le président François Hollande a expliqué qu'il y avait «tout lieu de penser» que l'otage «est décédé depuis plusieurs semaines du fait des conditions de sa détention. (...) La France fera tout pour connaitre la vérité sur ce qui est arrivé à Gilberto Rodrigues Leal et elle ne laissera pas ce forfait impuni».

Ce retraité arpentait les continents en camping-car

Retraité, ce sexagénaire, né au Portugal mais de nationalité française, avait travaillé pour les Etablissements et services d'aide par le travail (Esat) de La Colagne à Marvejols dans le département et profitait de sa retraite pour se balader. Il arpentait les continents à bord de son camping-car, un robuste Peugeot J5 avec lequel il avait déjà traversé le Brésil. Un véhicule qu'il bichonnait. Il l'avait entièrement refait, aménagé, en prévision de ses voyages à venir, avec quelques autres fans de camping-car. Gilberto Rodrigues Leal a été enlevé par un groupe armé alors qu'il traversait le Mali pour se rendre au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant