Otage assassiné : «le gouvernement britannique aurait pu faire plus»

le
2
Otage assassiné : «le gouvernement britannique aurait pu faire plus»
Otage assassiné : «le gouvernement britannique aurait pu faire plus»

Dans une interview parue dans plusieurs médias britanniques, Colin Livesey, 47 ans, le frère de la veuve d'Alan Henning, l'otage assassiné, accusé le gouvernement britannique de «n'avoir rien fait pour Alan, alors qu'il savait depuis des mois et des mois qu'il avait été capturé». La famille d'Alan Henning dénonce ainsi haut et fort l'incapacité du gouvernement britannique à organiser un plan sauvetage avant que l'humanitaire ait été décapité.

Colin Livesey a également précisé dans une vidéo que «le Gouvernement aurait dû garantir sa sécurité et sa libération mais au lieu de cela «ils l'ont abandonné et l'ont laissé là-bas.» Ses accusations ont été répercutées par Majid, 26 ans, un ami d'Alan Henning qui était sur le convoi d'aide humanitaire à destination de la Syrie en décembre quand il a été intercepté. Majid Freeman a effectivement dit que le gouvernement avait «abandonné» Alan Henning

«J'ai juste tant de haine pour eux»

Il a ajouté : «il n'y avait juste aucune raison de le tuer alors qu'il est allé apporter de l'aide aux enfants, à leurs peuple en Syrie. Alan était là pour eux et rien ne justifie ce qu'ont fait les islamistes, il n'y a juste aucun sens dans cela du tout. Il n'y a aucun mot dans le dictionnaire pour décrire ce que je ressens envers eux. J'ai juste tant de haine pour eux. »

Peu de temps après, l'épouse d'Alan Henning, s'est déclaré «accablée de douleur samedi devant le meurtre d'un «homme bien qui se souciait des autres». «La nuit dernière nous avons reçu la nouvelle de son meurtre par l'Etat islamique. C'est une nouvelle que nous aurions aimé ne jamais entendre. Nous sommes effondrés par sa mort. Moi, Lucy et Adam (ses enfants) ainsi que toute la famille et les amis d'Alan sont accablés de douleur», a écrit Barbara Henning dans un communiqué.

«Alan était un homme bien qui se souciait des autres. On se souviendra de lui comme tel et nous, sa famille, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le dimanche 5 oct 2014 à 11:11

    Nos gouvernants demandent avec justes raisons de ne pas se rendre pour des vacances dans certains pays ça devrait être valable pour ceux qui font de l'humanitaire.

  • lsleleu le dimanche 5 oct 2014 à 11:09

    Il est peut être temps d'expliquer aux humanitaires qu'ils pourraient faire de l'humanitaire chez nous en prenant moins de risque, nous en avons besoin aussi en Europe.