Osvaldo, la star que cherchait Boca

le
0
Osvaldo, la star que cherchait Boca
Osvaldo, la star que cherchait Boca

Boca Juniors voulait une vedette, il l'a trouvée : après avoir mis un terme à son prêt à l'Inter, Daniel Osvaldo a rejoint son club de cœur pour les six prochains mois. Une arrivée en fanfare qui suscite l'excitation des fans, mais aussi pas mal de doutes. On parle d'un mec aussi doué avec les pieds qu'instable avec la tête.

"Je suis venu donner un coup de main, en toute humilité." C'est avec un tee-shirt montrant les cinq doigts de la main (une référence au 5-0 que Boca a infligé à River pendant l'été austral) et des lunettes de soleil rondes et teintées bleu sur le nez que Daniel Osvaldo, dernière recrue vedette xeneize, a fait cette déclaration en arrivant en héros à l'aéroport Ezeiza de Buenos Aires. Autour du sosie de Johnny Depp : la cohue. Journalistes et supporters, informés la veille de l'heure exacte d'atterrissage du vol d'Iberia, l'attendaient comme le messie. L'Italo-Argentin, supporter revendiqué de Boca Juniors, envoie tout ce que le peuple voulait entendre : "C'est le plus grand rêve de ma vie". Ni plus ni moins. Dans la foulée, les réseaux sociaux se déchaînent. Les filles Maradona lui souhaitent la bienvenue, et Jimena Baron, son actrice de femme, donne de la déclaration en pagaille aux amateurs de folklore. "Si l'offre avait été de River, on ne serait jamais revenus", "Dans l'avion, on nous chantait River decime qué se siente", "Allez Boca, allez Boca", cœurs jaune et bleu. En toute humilité, donc.
Sur les traces de Batigol, son idole
Oui, le football argentin manque de noms clinquants. Boca - fleuron local, baffé l'année dernière par l'ennemi Millonario et dont les supporters peinent à se remettre des départs de Palermo et de Riquelme - en particulier. Alors logiquement, à la veille de la reprise du championnat, le prêt pour six mois du banni de l'Inter Milan (contrat finalement résilié après une grosse embrouille sur le terrain avec Mauro Icardi, coupable de ne pas lui avoir fait la passe) suscite enthousiasme et excitation. Il faut dire que l'international italien (14 sélections, 4 pions) trimballe un beau CV : Inter, Juve, Roma, Fiorentina, Español de Barcelone. 81 buts en 253 matchs en Europe, dont quelques bijoux. Il y a aussi ce tournoi de Toulon, en 2008, avec l'Italie de Giovinco (meilleur joueur de la compétition). Dani plante l'unique but de la finale face au Chili de Marcelo Bielsa. Un beau coup de projecteur. Après des années à s'emmerder dans les secondes divisions (Huracán en Argentine, Atalanta et Lecce en Italie), la carrière du buteur était lancée pour de bon, avec le maillot de la Fio. Celui de son idole, Gabriel Batistuta. Une idole avec qui il partage également les passages par...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant