Ospina, l'homme qui s'est levé du banc

le
0
Ospina, l'homme qui s'est levé du banc
Ospina, l'homme qui s'est levé du banc

Débarqué cet été à Arsenal avec un statut de remplaçant, David Ospina aura su attendre son heure pour s'installer dans les cages des Gunners. Sil a profité des faiblesses de Szczesny pour lui ravir le poste, l'ancien Niçois a surtout vu son travail récompensé. Et son talent.

Eté 2014. Au sortir d'une Coupe du Monde brésilienne où il aura enchaîné les prestations de haut niveau avec la Colombie, David Ospina a décidé de quitter Nice et le Sud de la France pour la grisaille londonienne. Direction Arsenal, son prestige, ses ambitions et ses espoirs de titre. Enfin, direction son banc, surtout. Car malgré une cote qui aura considérablement grimpée après son mondial brésilien, Ospina arrive bien en terres anglaises avec le statut du remplaçant. Au club depuis six ans, Wojciech Szczesny reste celui à qui revient le costume de n°1, aux yeux d'Arsène Wenger. Pour les premiers mois, du moins. Car depuis le début de l'année, la hiérarchie a été bouleversée et c'est désormais au Colombien d'enfiler le costume de titulaire. Et force est de constater qu'il lui va à merveille.
Une arrivée sur le banc
Fort d'un mondial réussi avec les Cafeteros, où il aura atteint les quarts de finale, David Ospina a logiquement attiré les convoitises cet été. Finalement, après six années de bons et loyaux services sur la Côte d'Azur, le portier a décidé de s'engager en faveur d'Arsenal. Un changement de dimension, en somme. À son arrivée à Londres, pourtant, aucune faveur ne lui est faite. La place qui l'attend est sur le banc de touche et il devra bosser pour en sortir. Ça tombe bien, le garçon est plutôt du genre travailleur. Sérieux et posé, le beau-frère de James Rodriguez n'est pas de ceux qui réclament haut et fort du temps de jeu. Sa façon à lui de se faire remarquer, c'est à l'entraînement où il ne rechigne jamais à donner le meilleur de lui-même. Pour le reste, Ospina se contente de ce qu'on lui donne.

Ainsi, sa première apparition, c'est en coupe de la ligue face à Southampton (défaite 2-1) qu'il la connait, le classique match du gardien remplaçant. Mais le Colombien se tait, comme toujours, et continue de bosser dans l'ombre. Et quand il faut remplacer un Szczesny expulsé en Ligue des Champions face à Galatasaray, en novembre denier, l'ancien Niçois remplit son job à merveille. Ospina le sait, son heure viendra, il lui suffit juste de persévérer. À raison d'ailleurs, car dans le même temps, le statut de Szczesny se fait de plus en plus bancal. Loin d'être rassurant, le Polonais enchaîne les performances moyennes jusqu'à toucher le fond un jour de janvier, face à Southampton (1er janvier, défaite 2-0) où il se retrouve fautif sur les deux buts encaissés par son équipe. Pis, le mec...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant