Osez les Journées du... matrimoine !

le , mis à jour à 06:02
0
Osez les Journées du... matrimoine !
Osez les Journées du... matrimoine !

Ce week-end, vous ferez peut-être partie de ces gens attendant patiemment de pouvoir admirer le palais de l'Elysée, oeuvre de l'architecte Armand-Claude Mollet, de parcourir les salons de l'hôtel Matignon, bâti par Courtonne pour le prince de Tingry. En province, vous profiterez sans doute des Journées européennes du patrimoine pour (re)découvrir la cathédrale Notre-Dame à Strasbourg (Bas-Rhin), dont la première pierre a été posée par l'évêque Werner de Habsbourg et l'empereur Henri II...

 

Vous n'avez rien remarqué ? Il semblerait que la gent masculine est seule à l'origine de notre héritage culturel et historique que ces journées invitent à découvrir gratuitement depuis 1984. « Des lieux à 95 % créés, dessinés, peints, sculptés... par des hommes. Tout un pan de notre héritage, celui transmis par les femmes de notre histoire, est laissé de côté depuis des générations. Nous souhaitons que cela change ! » exhorte l'association Osez le féminisme.

 

Parallèlement aux Journées du patrimoine, qui se tiennent demain et dimanche, des Journées du matrimoine sont aussi organisées avec de nombreux parcours urbains, visites de musées et initiatives gratuites, dans plusieurs régions de France, prouvant que les femmes ne sont pas cantonnées au rôle de muse.

 

C'est la deuxième édition de cet événement chapeauté par le mouvement HF, qui milite pour l'égalité dans l'art et la culture. Il promeut également la réhabilitation du mot « matrimoine » dans le langage courant (lire ci-dessous), une première étape pour réhabiliter, par la même occasion, les femmes composant cet héritage « qui vient des mères » trop largement méconnu, voire ignoré.

 

Des manifestations à Paris, Lyon et Toulouse

 

Exemples de rendez-vous lancés : à Paris, un circuit dans les rues du XVIIIe arrondissement est prévu autour du thème « les Audacieuses de Montmartre : les femmes de la Commune, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant