Oser l'optimisme : «Toujours positiver et avancer»

le
0
Oser l'optimisme : «Toujours positiver et avancer»
Oser l'optimisme : «Toujours positiver et avancer»

Elle voit la vie en rose. Jusqu'à ses poignets où elle a noué deux rubans fluo, assortis à son casque de moto fleuri. Ce jour-là, avec 700 autres chefs d'entreprise, Marie-Pierre participe au rassemblement des Meules bleues à Paris. « L'idée est de montrer que, même en temps de crise, tout ne va pas si mal, bien au contraire, positive-t-elle. Ça colle avec mon état d'esprit général. Même si parfois le carnet de commandes se tend, j'ai envie de voir la vie du bon côté. » Au pied de la tour Eiffel, Marie-Pierre en tête, tout le monde hurle à plein poumons : « Non, non, morosité ! »

« Il faut toujours positiver et avancer, précise la chef d'entreprise de Vendée, qui chapeaute 200 personnes dans ses sociétés de plomberie-électricité et de vente de vérandas. Pour moi, ça commence dans ma vie quotidienne avec mes salariés. »

 

Bonne humeur

Son remède miracle pour créer l'alchimie au bureau ? Discuter, inclure les employés dans les décisions et surtout fédérer les équipes autour de deux rendez-vous annuels : une chasse au trésor avant l'été, où les familles sont conviées, et un déjeuner de Noël. « Il n'y a plus de chef ou de salarié mais des collègues qui s'amusent en dansant ensemble. Les barrières tombent avec la bonne humeur. »

Son optimisme contagieux, cette mère de famille le partage aussi sur son temps libre. Depuis quinze ans, deux soirs par semaine, elle fait du... cabaret ! Avec un petit groupe de bénévoles, elle concocte un spectacle annuel. « Notre objectif, c'est que tout le monde rigole. » Et surtout que tous les fonds récoltés soient répartis entre les associations de sa commune. Une manière pour Marie-Pierre de distribuer, à son niveau, des « chèques bonheur ».

 

EN SAVOIR PLUS

> Cet optimisme qui nous fait du bien

> Les conseils du psychiatre Christophe André

> « Il faut fuir les gens toxiques »

> « Ça se travaille tous les jours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant