Ornikar ubérise les auto-écoles

le
3
L'auto-école va-t-elle, après les taxis, subir la vague de l'ubérisation ? 
L'auto-école va-t-elle, après les taxis, subir la vague de l'ubérisation ? 

Inutile de chercher Ornikar, il est à Nantes. Après plus d'un an et demi de vissicitudes juridiques et administratives, la start-up qui promet de "rendre plus accessible la formation du permis de conduire" a démarré lundi ses services d'apprentissage à la conduite. Jusque-là, Ornikar, fondée par Benjamin Gaignault et Alexandre Chartier, proposait dans 83 départements de bûcher le Code de la route sur la Toile à volonté et à toute heure. Désormais, le candidat basé à Nantes peut contacter directement via Internet un moniteur pour caler des heures de conduite. Cette formule dématérialisée doit permettre de faire baisser le prix final du précieux sésame de 30-40 % ? qui s'élève en moyenne à 1 665 euros. L'heure de conduite est facturée en effet 34,90 euros, contre 50 à 60 euros pour une auto-école traditionnelle.

Jouer la montre

L'équipe d'Ornikar a fait le tour des auto-écoles de Nantes pour les avertir de son arrivée. Histoire d'éviter toute tension. Ou plutôt de nouvelles tensions. Car Ornikar prend des risques. Elle déboule, alors qu'elle n'a toujours pas reçu d'agrément de la préfecture de Paris. Il faut dire qu'elle attend depuis... un an et demi. Normalement une telle procédure devrait prendre au maximum un mois ! Du coup, Ornikar, soutenue par le trio d'investisseurs Marc Simoncini, Xavier Niel et Jacques-Antoine Granjon, a saisi le tribunal administratif de Paris pour savoir où en est son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.mabire le mardi 11 aout 2015 à 10:00

    un sérieux trou dans la caisse ces retraites d'élus qui n'ont rien fait depuis trente ans. Faudrait leur mettre une action collective bien placée pour ingérance et leur demander de rembourser

  • albertm5 le mardi 11 aout 2015 à 08:41

    oui et surtout les retraite des ministres

  • M1084720 le mardi 11 aout 2015 à 08:12

    Faire bouger le système n'est pas une chose facile en France...à quand la politique sur la toile pour en diviser les coûts?