Origine des viandes : les industriels ne jouent pas le jeu

le , mis à jour à 08:41
7
Origine des viandes : les industriels ne jouent pas le jeu
Origine des viandes : les industriels ne jouent pas le jeu

D'où vient ce poulet en fines lamelles niché dans votre sandwich triangle Sodebo ou Leader Price ? Le porc des rillettes William Saurin ? Ou le bœuf haché de cette sauce bolognaise Auchan ? Dans une étude exclusive rendue publique aujourd'hui, trois ans après le scandale des lasagnes à la viande de cheval et alors que Matignon reçoit aujourd'hui les enseignes de la grande distribution, la principale association de consommateurs française l'UFC-Que choisir s'est penchée sur les petits mystères de l'industrie agroalimentaire. Et a scruté à la loupe les étiquettes de 244 produits transformés à base de viande. Des charcuteries, des raviolis et des plats industriels, entre autres, de vingt marques, qu'elles soient nationales ou affiliées aux distributeurs, les MDD (marques de distributeurs).

Le constat que dresse l'UFC-Que choisir est accablant : faute d'obligation légale, seuls 25 % des produits à base de poulet, 43 % des produits à base de porc et 70 % de ceux comprenant du bœuf portent la mention du pays d'origine. Et lorsqu'elle est indiquée, il s'agit dans 93 % des cas de l'origine France, qui devient alors un argument de vente intéressant pour la marque ! Si la provenance n'est pas indiquée, le consommateur a de bonnes raisons de s'interroger sur le ou les pays dont est issue la viande : serait-ce le Brésil, l'Allemagne, la Thaïlande ?

L'origine France mise en avant comme argument de vente

Attention ! Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Certaines marques nationales comme le Gaulois, Marie, Charal ou Findus font un sans-faute tandis que Sodebo, Père Dodu ou Daunat brillent à la dernière place. Chaque enseigne de distributeur a également sa politique. Intermarché étiquette ses viandes dans 84 % des cas quand Leader Price ou Casino ne le font que pour 23 et 24 % de leurs produits.

Du côté des produits eux-mêmes, les « sans mention » épinglés sont plus particulièrement les sandwichs au poulet ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHANOMAR il y a 10 mois

    imaginez que la Traçabilité et l'hygiène sont déjà très difficile en France avec des milliers de fonctionnaires qui contrôles peu etre a mis temps mais tous ces produits surgelées ou plat cuisinés dans certain pays j imagine même pas

  • M7097610 il y a 10 mois

    je n'achète plus de produits préparés...comme cela, ils ont gagné !

  • a.mabire il y a 10 mois

    Par contre le petit producteur est interdit d'exercer au moindre faus pas sanitaire... Cherchez l'erreur. Le bon sens a tout sacrifié au dieu pognon.

  • M2687570 il y a 10 mois

    Si vous n'avez pas suffisamment de classe pour ignorer ces daubas.ses, vous n'avez que ce que vous méritez

  • 58731108 il y a 10 mois

    "le consommateur a de bonnes raisons de s'interroger sur le ou les pays dont est issue la viande : serait-ce le Brésil, l'Allemagne, la Thaïlande "Et pourquoi? Tout ce qui est decrit (raviolis, sandwich Leader Price, boeuf hache sauce Bolo) est plutot degueulasse: le consommateur se moque de savoir d'ou ca vient si de toute maniere, ce n'est pas bon, non?

  • bearnhar il y a 10 mois

    Si ils " ne jouent pas le jeu ", ce fait seul révèle qu'il y a un problème et je vais vous dire lequel, leur poulet il vient de Chine. Les Chinois ont le record mondial de la croissance d'un poulet et je vous laisse imaginer quels produits ils utilisent pour ce faire, je l'avais vu, c'est carrément abject, limite crim-inel, voire carrément. Vive l'OMC !!

  • Eledees il y a 10 mois

    Et du bon pétrole dans nos nuggets humm