Orientation scolaire : comment faire tomber la pression des parents

le
1
Orientation scolaire : comment faire tomber la pression des parents
Orientation scolaire : comment faire tomber la pression des parents

Quoi de plus vertigineux pour un collégien que de choisir une voie pour l'avenir ? « Le faire sous l'œil de ses parents rongés d'angoisse », répond-on au centre d'information et de documentation de la jeunesse (CIDJ). Dans ce haut lieu parisien de l'orientation scolaire, les conseillers se sont lassés du bal des parents stressés, qui chaque samedi poussent la porte de leur institution, à la recherche d'un parcours sans heurts et plein de débouchés pour leur enfant. Pour eux, le CIDJ a monté un café des parents tous les samedis et propose désormais, chaque lundi et jeudi matin pendant les vacances scolaires, des ateliers parents-collégiens. Toute l'originalité du concept tient dans son organisation : jeunes et adultes sont séparés, pour réfléchir à tête reposée chacun de son côté et en petit comité.

 

La formule, qui affiche complet pour ces vacances, a séduit Pascale et son fils Adam. Sur le papier, ces deux-là n'ont aucune raison de paniquer : le jeune homme, bon élève de 4e, a une idée précise de son futur, qu'il imagine « dans la finance ». Sa maman est calée en orientation : elle est professeur principale dans un collège du Val-de-Marne. « Mais l'affectation fonctionne différemment à Paris, où nous habitons : j'ai besoin d'explications », confie-t-elle. En face se sont installés Frédéric et Anne, les parents d'Emile, en 3e. Lui ne sait qu'une chose : « Je ne veux pas faire S. » Le reste est plus flou.

 

« On aimerait qu'il ait un peu plus de curiosité pour son orientation », souffle la maman. « On a aussi besoin de nous remettre à jour, tout a beaucoup changé depuis notre époque », complète le papa. Nadia, dont le garçon a séché le rendez-vous, partage ces inquiétudes : « Mon fils risque de s'écrouler en filière générale mais il n'a pas d'idée de métier. Comment fait-on dans ce cas-là ? »

 

Face à eux, la conseillère d'orientation Ferroudja Kaci éclaire les angles morts ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 9 mois

    En les rendant lucides avec les qualités de leurs jeunes (en lieu et place de distribuer des bacs à 5 balles..)?