Ordonnances : de la friture entre Hollande et Ayrault

le
0
Le premier ministre recommande un usage exceptionnel de ce dispositif.

Inhabituel. Jean-Marc Ayrault et François Hollande ne seraient pas sur la même longueur d'ondes? Cette semaine, le chef de l'État a fait savoir qu'il comptait légiférer par ordonnances pour simplifier un certain nombre de normes administratives qui pèsent sur la compétitivité des entreprises ou dans le domaine de l'urbanisme. «Avant l'été», souhaite-t-on à l'Élysée, mais peut-être à l'automne. L'hypothèse a suscité des remous au Parlement. Normal. Notamment dans les rangs de l'opposition. Ce qui l'est moins, c'est la réaction du premier ministre, interrogé depuis le Canada. «Le recours aux ordonnances ne peut être qu'exceptionnel. Si c'est une manière quotidienne de légiférer, cela serait effectivement détestable», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Une divergence?

Non, répond-on à Matignon, où l'on assure qu'il n'y a aucun agacement à saisir dans les déclarations du pre...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant