Orange veut s'offrir Jazztel et devenir n°2 en Espagne

le
1

En achetant l'espagnol Jazztel, Orange récupérerait le réseau de fibre optique de son actuel concurrent et deviendrait le second opérateur du pays.
En achetant l'espagnol Jazztel, Orange récupérerait le réseau de fibre optique de son actuel concurrent et deviendrait le second opérateur du pays.

Orange a annoncé un projet d'OPA sur l'opérateur espagnol Jazztel pour 3,4 milliards d'euros. Si l'acquisition se concrétise, Orange deviendrait le deuxième opérateur espagnol pour les communications fixes et le troisième dans le domaine de la téléphonie mobile.

L'opération serait la plus grande acquisition du groupe Orange depuis environ dix ans. En fusionnant avec Jazztel, Orange vise à accélérer son développement européen et devenir un acteur majeur du très haut débit espagnol.

Jazztel : l'acquisition stratégique

Jazztel ne représente que 3,5% du marché espagnol des télécoms. Cela est néanmoins suffisant pour qu'Orange, qui possède actuellement 12,3% du marché, devienne le second opérateur d'Espagne alors qu'il est actuellement le quatrième. L'opérateur français dépasserait de peu Movistar et Vodafone, qui représentent respectivement 15,3% et 13,7% de parts de marché. Telefonica (26,1%) restera de loin le premier opérateur du secteur.

Surtout, Jazztel a connu en 2013 une belle croissance de son nombre de clients grâce à une offre globalement positionnée « low cost ». Orange récupèrerait ainsi 1,5 millions de clients sur les communications fixes et autant sur les communications mobiles. Jazztel, qui loue actuellement les lignes d'Orange, possède en parallèle un important réseau de fibre optique très convoité par le numéro un français qui voudrait devenir l'un des acteurs majeurs du haut débit de la péninsule ibérique.

D'un point de vue financier, la mise en commun des structures d'Orange et de Jazztel devrait permettre de dégager 1,3 milliards d'euros de synergies à moyen terme. Avec une valorisation à 4,3 milliards d'euros, Jazztel serait rachetée au prix de 12 fois son EBITDA (en français : excédent brut d'exploitation) prévu pour 2015. Ce multiple est considéré comme élevé dans un secteur où la moyenne se situe autour de 8 ou 9.

Pas de fusion sur le marché français

L'annonce de cette OPA arrive environ un mois après celle de Free, qui envisage de racheter l'américain T-Mobile. Ces opérations laissent à penser que les opérateurs français sont désormais davantage tournés vers leur croissance extérieure que vers la conquête du marché français. Les rumeurs d'éventuelles fusions envisagées en début d'année pour revenir à trois opérateurs au lieu de quatre sur le territoire français ne seraient donc plus d'actualité.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • msglyon le mercredi 17 sept 2014 à 18:16

    orange à la remorque de free, c'est terrible la faiblesse managériale