Orange va mettre en place la première plate-forme "cloud" public de l'Etat

le
0
Orange va mettre en place la première plate-forme "cloud" public de l'Etat
Orange va mettre en place la première plate-forme "cloud" public de l'Etat

Le groupe de télécoms Orange a annoncé lundi, dans un communiqué, s'être vu confier la mise en place, la gestion et l'exploitation des nouveaux services informatiques dématérialisés ("cloud") de l'Etat pour une durée de deux ans renouvelable.Le montant du contrat s'élève à un million d'euros, a précisé à l'AFP Philippe Laplane, directeur d'Orange Cloud."Cela a tout de même une belle valeur dans le monde du +cloud+. C'est le démarrage d'un cycle de transformation des infrastructure de l'Etat qui va de plus en plus s'appuyer sur l'informatique dématérialisée", a commenté M. Laplane.L'opérateur fournira aux ministères ainsi qu'à certains établissements publics "des services informatiques à la demande d'Open Data et de big data (megadonnées) qui seront facturés à l'usage, apportant ainsi à l'Etat flexibilité et maîtrise de ses coûts", a précisé le communiqué.Les services proposés à l'Etat, basés sur de l'open source, reposeront sur les offres de Cloudwatt, société de stockage en ligne dont Orange a acquis la totalité du capital en mars."Nous avions lancé Cloudwatt pour développer un +cloud+ souverain et français en maîtrisant les technologies. Nous avions fait le choix de l'open source, afin de ne pas être liés à un éditeur, le plus souvent américain, pour avoir la capacité d'innover et d'être maîtres de notre code", a expliqué Philippe Laplane.Ce nouveau "cloud" public sera hébergé dans les centres de données d'Orange en France et connecté au Réseau Interministériel de l'Etat (RIE), a ajouté le groupe dans son communiqué.Le lancement à l'automne 2012 de Cloudwatt, détenu alors par Orange (44,4%), Thales (22,2%) et la Caisse des Dépôts (33,3%) était intervenu après la décision de faire émerger un "nuage" souverain français, jugé indispensable à la suite de l'affaire Snowden sur la vulnérabilité des données susceptibles d'être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant