Orange tempère ses ambitions pour 2014

le
0
LES RÉSULTATS D?ORANGE CONFORMES AUX ATTENTES AU 3E TRIMESTRE
LES RÉSULTATS D?ORANGE CONFORMES AUX ATTENTES AU 3E TRIMESTRE

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Orange a toujours pour ambition de stabiliser son résultat opérationnel l'an prochain mais les pressions réglementaires et les difficultés persistantes sur son marché national pourraient lui compliquer la tâche.

Le premier opérateur télécoms en France anticipe pour 2014 une nouvelle baisse du revenu moyen par abonné mobile sur un marché français qui continue de subir les répercussions de l'arrivée du quatrième opérateur Free mobile (Iliad).

"La pression sur le chiffre d'affaires reste forte pour l'instant", a expliqué le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

"C'est bien notre intention d'essayer de stabiliser l'Ebitda au plus vite au cours de l'année 2014. Les équipes travaillent (?) pour essayer de tenir cet objectif mais aujourd'hui, je ne peux pas vous dire qu'il sera tenu".

A 09h52, le titre abandonne 3,7% à 10,255 euros. Avant la publication des résultats, il avait bondi de 35% en l'espace de deux mois, une performance supérieure à celle du reste du secteur qui a pris 18% dans le même temps.

"Nous restons prudents sur la valeur en dépit de sa récente remontée et nous pensons qu'il y a de meilleurs véhicules en Europe pour jouer cette excitation autour des fusions-acquisitions dans les télécoms européens", commente un opérateur de marché basé à Paris.

Les valeurs télécoms européennes sont dopées par les perspectives de consolidation dans le secteur et par les spéculations sur l'arrivée de possibles acteurs étrangers.

Orange, qui avait sous-performé le reste du secteur depuis mi-2010, a profité à plein de ce mouvement haussier même si la valeur ne se traite encore qu'à 4,7 fois le ratio valeur d'entreprise sur Ebitda contre 5,5 en moyenne pour le secteur, selon des données Thomson Reuters.

Citigroup et Goldman Sachs restent ainsi à vendre sur la valeur en raison de leurs interrogations sur les perspectives de redressement du marché français qui comptent pour la moitié des revenus d'Orange.

Le quatrième opérateur télécoms européen en termes de chiffre d'affaires avait déclaré à Reuters en février dernier qu'il avait bon espoir de stabiliser son résultat d'exploitation l'an prochain grâce à la fin attendue de la baisse des prix mobiles dans l'Hexagone.

OBJECTIFS 2013 CONFIRMÉS

L'opérateur anticipe cependant pour 2014 une nouvelle baisse de l'ARPU mobile qui devrait toutefois être inférieure au repli de 12% attendu pour 2013, a précisé Gervais Pellissier, évoquant une diminution inférieure à 10%.

Outre la baisse des terminaisons d'appel prévue par la réglementation européenne, l'opérateur doit toujours compter avec les baisses importantes de tarifs provoquées par le lancement de Free mobile avec des prix cassés en janvier 2012, un tiers de sa clientèle française étant encore concernée par les tarifications de l'an dernier.

L'opérateur espère pouvoir faire repartir une partie de ses tarifs à la hausse avec l'essor de la 4G mais il est trop tôt encore pour savoir si les consommateurs seront prêts à payer plus pour avoir accès à un débit plus rapide sur leur portable, a souligné Gervais Pellissier.

Au troisième trimestre, Orange a vu la baisse de son chiffre d'affaires légèrement ralentir avec des ventes de 10,162 milliards d'euros, en recul de 4,0% à données comparables après un repli de 4,8% au deuxième trimestre.

L'opérateur a notamment bénéficié d'une amélioration de ses performances commerciales en France où il a conquis 298.000 clients supplémentaires, ce que le groupe présente comme son meilleur résultat depuis trois ans.

Son excédent brut d'exploitation (Ebitda) retraité s'est établi à 3,366 milliards d'euros, en baisse de 7,0% à données comparables, donnant une marge réduite de seulement un point à 33,1% grâce aux réductions de coûts qui ont atteint 617 millions d'euros depuis le début de l'année.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 10,218 milliards d'euros et un Ebitda ajusté de 3,348 milliards, selon un consensus Reuters basé sur les estimations de huit analystes.

Orange a confirmé viser un cash flow opérationnel supérieur à sept milliards d'euros pour cette année et précise qu'il prévoit de verser un dividende d'au moins 0,80 euro par action au titre de 2013.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant