Orange se fait un nom sur le marché de la cybersécurité

le
0
Orange se fait un nom sur le marché de la cybersécurité
Orange se fait un nom sur le marché de la cybersécurité

Entre consolidation d'activités existantes et acquisitions, l'opérateur Orange s'est fait une place sur le marché de la cybersécurité, dont il est devenu le numéro un français, avant de se développer en Europe.Son dernier achat, finalisé en avril, a été la société de services parisienne Lexsi, renommée pour ses activités de "threat intelligence", sorte de contre-espionnage cyber visant à anticiper les menaces en gardant un oeil sur les activités des hackers.Depuis janvier, les activités de l'opérateur national sont rassemblées au sein d'Orange Cyberdefense, une entité qui selon le plan stratégique du groupe a pour vocation d'être un acteur majeur en Europe, leader en France. Dans le cadre plus vaste d'une politique de diversification dans les services aux entreprises.Lexsi appartenait à un fonds d'investissement, et la vente s'est faite sans état d'âme, explique-t-on parmi ses cadres.Les quelque 200 employés de Lexsi doivent rejoindre le millier de salariés d'Orange Cyberdéfense au début 2017. En attendant leur intégration effective, ils portent déjà les couleurs de leur nouveau propriétaire aux Assises de la sécurité et des systèmes d'information, le salon de la cybersécurité qui se tient jusqu'à vendredi à Monaco."Notre objectif est d'être un acteur qui ait une couverture holistique de toutes les problématiques de cybersécurité, du conseil à la réaction", explique à l'AFP Michel Van Den Berghe, le directeur général d'Orange Cyberdefense.- Centres de réaction rapide -Lui-même est le fondateur d'Atheos, une société spécialisée dans la gestion des identités et la sécurité des systèmes d'information qu'il a revendue à Orange début 2014, avant de prendre en charge l'ensemble des activités de cybersécurité de l'opérateur."Ce qu'on veut faire d'Orange Cyberdefense, c'est vraiment un acteur français (...) pour aider nos clients à traiter l'ensemble des problématiques qu'ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant