Orange se désengage d'Israël, qui réclame des excuses

le
0
Orange se désengage d'Israël, qui réclame des excuses
Orange se désengage d'Israël, qui réclame des excuses

L'opérateur de téléphonie français Orange a annoncé jeudi son désengagement d'Israël à terme, confirmant des intentions qui ont provoqué une levée de boucliers dans ce pays et des accusations de concession aux pressions pro-palestiniennes.Orange, partiellement contrôlé par l'Etat français, a assuré dans un communiqué que sa décision de cesser "à terme" sa relation avec l'opérateur israélien Partner n'avait aucune motivation politique. Elle relève, a expliqué le groupe, d'une volonté d'avoir la maîtrise totale de sa marque.Il stipule qu'il respectera "strictement les accords existants". Orange est lié à l'opérateur israélien Partner par un contrat censé expirer en 2025.Mais, depuis les propos tenus mercredi au Caire par le PDG d'Orange Stéphane Richard, il ne fait aucun doute en Israël qu'Orange cherche à se dissocier de Partner pour des raisons politiques. Partner utilise le nom et l'image d'Orange. Il fournit ses services en Israël, mais aussi dans les colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées, qui sont jugées illégales par la communauté internationale."J'appelle le gouvernement français à publiquement rejeter les déclarations et les agissements malheureux d'une compagnie dont il est en partie propriétaire", a dit le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu cité par ses services dans un communiqué.M. Netanyahu a accusé Orange de participer à un "drame absurde": celui dans lequel une démocratie "respectueuse des droits de l'Homme" et soumise aux menaces sécuritaires, c'est à dire Israël, est confrontée "aux condamnations systématiques et aux tentatives de boycott". "On ne pardonnera pas ce drame absurde", a-t-il promis.- 'La face noire d'Orange' -Avant M. Netanyahu, les Affaires étrangères ont dit attendre des excuses de la part d'Orange. L'ambassadeur israélien à Paris a demandé des explications à l'Etat français, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant