Orange rassure sur ses perspectives, le titre monte

le
2
ORANGE VA MAINTENIR SON EFFORT SUR LES ÉCONOMIES
ORANGE VA MAINTENIR SON EFFORT SUR LES ÉCONOMIES

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - L'opérateur Orange a rassuré jeudi sur ses perspectives pour 2014 en confirmant anticiper une stabilisation de ses marges grâce à la poursuite des réductions de coûts, ce qui a porté son titre de Bourse à des plus hauts de quatre mois.

Cette annonce a éclipsé des résultats 2013 en demi-teinte, également relégués au second plan par la perspective d'une consolidation du marché français des télécoms autour de SFR, la filiale de Vivendi.

"Il y a un besoin de consolidation en France, et ce qui se passe autour de SFR le démontre", a souligné le PDG d'Orange Stéphane Richard, en estimant qu'un marché pouvait rester concurrentiel même si le nombre de ses acteurs diminuait.

"On sera très vigilants sur les impacts concurrentiels que ces opérations pourraient avoir", a-t-il cependant prévenu lors d'une conférence de presse.

Le PDG a refusé de dire sa préférence entre les deux scénarios qui se dessinent - un mariage SFR-Bouygues Telecom ou un rapprochement SFR-Numericable.

Le duo SFR-Bouygues aurait un impact plus important, détrônant Orange de la première place dans le mobile, a-t-il reconnu, tout en assurant que son groupe n'était "pas dans l'angoisse ou dans la crainte".

A 15h55, le titre Orange bondit de 9,55% à 10,04 euros, après être monté à 10,105 euros, signant un plus haut depuis début novembre et effaçant la baisse enregistrée depuis une semaine.

L'opérateur table pour 2014 sur un Ebitda retraité compris entre 12,1 et 12,6 milliards, contre 12,08 milliards attendu selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, ce qui se traduirait par une stabilisation du taux d'Ebitda par rapport à 2013.

"Perspective 2014 optimistes sur la stabilisation de l'Ebitda", estiment les analystes de Jefferies dans une note. "Les prévisions semblent traduire de la confiance et de l'agressivité".

Orange prévoit de maintenir son effort sur les économies après avoir déjà sensiblement réduit ses coûts à hauteur de 929 millions d'euros, ce qui a permis de compenser en partie le recul du chiffre d'affaires.

L'ensemble des revenus d'Orange ont diminué de 4,5% l'an dernier pour s'établir à 40,98 milliards d'euros sous l'effet des difficultés persistantes de son marché historique, la France, qui représente la moitié de son activité.

2014 ENCORE AGITÉ POUR LES PRIX

Le chiffre d'affaires de l'opérateur dans l'Hexagone s'est contracté de 6,6% en dépit d'une bonne fin d'année portée par le lancement de ses offres 4G qui lui a permis d'enregistrer ses meilleures ventes depuis le début de l'année.

"La fin de l'année 2013 nous a permis de renouer avec des niveaux d'activité commerciale, en France en particulier, que nous n'avions pas connus depuis 2009", a souligné le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

L'opérateur a gagné près de 700.000 clients supplémentaires dans le mobile, atteignant une base de clientèle supérieure à celle existant avant l'arrivée de Free mobile en janvier 2012.

Le lancement de la filiale d'Iliad a provoqué une guerre des prix sur le marché français des télécoms dont les tarifs, autrefois parmi les plus élevés en Europe, sont désormais parmi les moins élevés.

Gervais Pellissier a prévenu que l'année 2014 s'annonçait à nouveau délicate, les abonnés étant plus nombreux à migrer vers des offres à bas coût ou combinant fixe et mobile.

L'année "2014 va rester agitée en ce qui concerne les prix", a-t-il dit, tout en estimant que la possible consolidation du marché français des télécoms amorcée avec SFR laissait penser que la compétition acharnée entre opérateurs sur les prix était peut-être arrivée à un terme.

Le groupe n'a pas communiqué comme à l'habitude d'objectif en termes de cash-flow opérationnel, qui a atteint l'an dernier 7,02 milliards, en ligne avec les prévisions du groupe.

L'Ebitda retraité s'est établi en 2013 à 12,649 milliards d'euros, en baisse de 7,5%, tandis que le résultat net part du groupe a doublé pour atteindre 1,9 milliard.

Le marché tablait en moyenne pour 2013 sur un chiffre d'affaires de 41,19 milliards et un Ebitda de 12,65 milliards, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Orange compte verser un dividende de 0,60 euro par action au titre de 2014, contre 0,80 euro lors de l'exercice précédent.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlebrun8 le jeudi 6 mar 2014 à 10:10

    il serait pas temps de le changer lui, S Richard? par quelqu'un qui ne ferait pas que suivre les autres acteurs mais qui aurait une vraie stratégie à court et long terme pour notre opérateur national? parce que là, c'est vraiment ce qui manque: un vrai leader!

  • gedovius le jeudi 6 mar 2014 à 08:28

    Orange, la nullité en matière de commerce et la nullité en manière de management!