Orange: profite à peine des discussions avec Bouygues.

le
2

(CercleFinance.com) - C'est officiel : Orange et Bouygues ont officiellement engagé des pourparlers en vue d'un rapprochement entre l'opérateur télécom historique français et Bouygues Telecom. Ce qui ramènerait de 4 à 3 le nombre d'opérateurs mobiles dans l'Hexagone. Et pourtant, parmi les valeurs télécoms de la Bourse de Paris, l'action Orange grappille tout juste 0,7%, soit à peine plus que Bouygues (+ 1,3%), alors qu'Iliad (Free) prend 2,7% et Numericable-SFR (Altice) 9 % ! A qui profiterait donc l'éventuelle fusion ?

Certes, des informations sur ce possible rapprochement courraient depuis près d'un mois déjà et se sont multipliées dernièrement, en provenance notamment de l'agence Bloomberg, des Echos, du Canard Enchaîné puis tout récemment du Journal du Dimanche (JDD). On peut donc imaginer que les cours ont eu le temps d'intégrer la rumeur avant que la nouvelle ne devienne officielle.

Revenons simplement sur deux points : tout d'abord, le JDD de ce week-end a “affiné” les informations de ses confrères. Le “prix” de Bouygues Telecom serait toujours de 10 milliards d'euros, comme celui proposé par Numericable-SFR en juin dernier. Orange le paierait à hauteur de 2 milliards en espèces, le solde - 8 milliards d'euros - prenant la forme d'actions nouvelles Orange que recevrait Bouygues. Bouygues détiendrait ainsi 15% du “nouvel” Orange.

Soit. Mais pour l'heure, le capital d'Orange est formé de 2,65 milliards d'actions, soit une capitalisation de 40,5 milliards d'euros. Créer l'équivalent de 8 milliards d'euros d'actions nouvelles en rémunération de l'apport de Bouygues Telecom suppose donc une augmentation du nombre de titres Orange de l'ordre de 20%. Et donc une dilution plus ou moins équivalente pour les actionnaires existants.

Ensuite, on rappellera avec intérêt la récente mésaventure danoise de TeliaSonera et Telenor : début septembre 2015, les opérateurs historiques norvégien et suédois ont abandonné le projet de fusion de leurs filiales mobiles au Danemark... en raison des exigences de la Commission européenne, où la concurrence est désormais l'affaire de Margrethe Vestager.

Telenor et TeliaSonera avaient pourtant discuté avec la Commission pour tenter de proposer des aménagements. Sans aucune chance toutefois de déboucher sur l'accord de Margrethe Vestager, d'où l'abandon du projet que la commissaire a ainsi salué : 'nous sommes convaincus que les inquiétudes relatives à la concurrence nécessitent des ajustements significatifs. Ce qui passe par la création d'un quatrième opérateur mobile', écrivait à cette occasion et noir sur blanc, la Commission.

En effet, le projet de Telenor et de TeliaSonera aurait ramené de 4 à 3 le nombre d'opérateurs mobiles au Danemark. Non, a dit la Commission. Sera-t-elle mieux disposée à ce propos vis-à-vis de la France, dont la population est près de 12 fois supérieure à celle du Danemark ?

On comprend mieux dans ce contexte qu'à en croire le JDD, après avoir racheté Bouygues Telecom pour 10 milliards d'euros, Orange envisagerait d'en revendre... la moitié (5 milliards d'euros d'actifs, selon le JDD) à d'autres concurrents, Iliad (Free) et Numericable-SFR, qui disposent de réseaux mobiles nettement moins étendus. Avec la possibilité de faire une bonne affaire, étant données les circonstances des cessions.

Dans ces conditions, on peut se demander si l'éventuel rapprochement d'Orange et de Bouygues Telecom serait vraiment dans l'intérêt des actionnaires actuels d'Orange, et aussi s'il a une chance de passer sous les fourches caudines de Bruxelles. Etant entendu qu'à la connaissance des analystes de Natixis, jamais un opérateur télécom historique n'a participé, en première ligne, à la consolidation de son secteur. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti il y a 11 mois

    Tout ça pour faire plaisir à niel et à bouygue, qui au passage embaucheront quelques anciens élus et copain, en remerciement du service rendu.

  • gstorti il y a 11 mois

    C'est à Free de racheter Bouygues, Orange devra céder à vii prix tout ce que représente Bouygues comme intérêt. Et à qui? à Free, en tant qu'actionnaire, je me vois totalement dilué, à qui profiteras ce deal, à Bouygue cela est sur et à free cela est également certain. Mais pas à Orange ni à ces actionnaire, certainement pas non plus à ces salariés. Car Bouygues se débarrassera d'un max de salariés, et free reprendras les réseaux, en laissant tout ces salariés à Orange.