Orange et Bouygues discuteraient d'un rapprochement

le
1
UN RAPPROCHEMENT SERAIT À L?ÉTUDE ENTRE ORANGE ET BOUYGUES TELECOM
UN RAPPROCHEMENT SERAIT À L?ÉTUDE ENTRE ORANGE ET BOUYGUES TELECOM

par Gwénaëlle Barzic et Sophie Sassard

PARIS/LONDRES (Reuters) - Le numéro un français des télécoms Orange mène des discussions avec son concurrent Bouygues Telecom portant entre autres sur l'opportunité d?un rapprochement capitalistique, a-t-on appris jeudi soir de deux sources au fait du dossier, confirmant des informations du journal Les Echos.

Les discussions sont à un stade préliminaire et aucune offre formelle n'a été déposée, a précisé l?une des sources qui a requis l'anonymat.

"Il y a des discussions tout azimuts, on regarde tout ce qui est possible", a expliqué la source, ajoutant qu'outre une opération capitalistique, d'autres options étaient envisagées tels qu'un partage d?infrastructures ou un accord de gros.

D?autres sources qui ne sont pas directement au fait du dossier mais connaissent bien le secteur des télécoms se sont cependant montrées circonspectes au vu notamment des difficultés importantes qu?un éventuel rapprochement pourrait rencontrer auprès des autorités de concurrence.

Le groupe de BTP et de construction Bouygues est à la recherche d?un plan B pour sa filiale télécoms après l'échec de son projet de mariage avec la filiale de Vivendi SFR. En perte de vitesse depuis l?arrivée de Free (groupe Iliad) dans le mobile en 2012, Bouygues Telecom a été contraint d'annoncer ce jeudi un nouveau plan d?économies face à la poursuite de la baisse de ses revenus.

Dans un communiqué diffusé dans la soirée, Orange a déclaré examiner les opportunités qu'offrait la recomposition du marché français des télécoms qui a connu un coup d?accélérateur avec le rachat de SFR par le câblo-opérateur Numericable.

"Orange estime qu'une consolidation du marché du mobile français serait positive à long terme tant pour l?investissement que pour le consommateur", explique l'opérateur, faisant écho aux prises de position du ministre de l?Economie Arnaud Montebourg qui a martelé mardi qu?un "retour à trois opérateurs se fera(it)".

TOUS LES SCENARIOS SUR LA TABLE

Dans son communiqué, qui ne fait pas mention des informations rapportées sur Bouygues Telecom, Orange, dont l'Etat est le principal actionnaire avec 27% du capital, souligne qu'il sera attentif à la création de valeur ainsi qu'aux risques juridiques d?une éventuelle opération.

Interrogé lors de la conférence sur les résultats trimestriels du groupe Bouygues, son directeur financier Philippe Marien a pour sa part assuré que Bouygues Telecom avait une stratégie qui lui permettait de rester indépendant tout en laissant une porte entrouverte.

"Après tous les scénarios sont sur la table. Tous les opérateurs télécoms (?) réfléchissent à toutes les hypothèses et toutes les opportunités", a-t-il dit.

Selon la première source, Martin Bouygues, PDG du groupe qui porte son nom, a été à l?initiative des discussions engagées avec Orange.

Une éventuelle opération avec l?opérateur historique valoriserait Bouygues Telecom à "au moins 6 milliards d'euros", indiquent Les Echos.

Free, présenté comme l?acheteur "naturel" de Bouygues Telecom, ne proposerait, lui, que quatre ou cinq milliards d'euros alors que Martin Bouygues en voudrait huit milliards, ajoute le quotidien.

Bouygues et son partenaire JCDecaux (qui détient 10% de Bouygues Telecom) profiteraient de la vente de cet actif pour se faire payer en actions et monter au capital d'Orange dont Bouygues deviendrait l'un des principaux actionnaires derrière l?Etat.

Le syndicat CFE-CGC a apporté son soutien à une telle perspective, estimant dans une lettre au Premier ministre Manuel Valls diffusée jeudi que "rapprocher Bouygues et Orange permettrait non seulement de sauver les emplois immédiatement menacés chez Bouygues Telecom, mais aurait également du sens en termes de synergie industrielle".

(Avec Matthieu Protard, Cyril Altmeyer, Alexandre Boksenbaum-Granier, Natalie Huet et Grégory Blachier, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3442903 le vendredi 16 mai 2014 à 08:43

    quand les syndicats son pour des rapprochement ou rachat de concurrent cela ne pressant rien de bon