Orange: encore une semaine pour un 'deal' avec Bouygues.

le
0

(CercleFinance.com) - Le 31 mars, soit jeudi prochain : telle est la date limite envisagée pour l'issue des négociations visant à rapprocher Orange, l'ex-France Telecom, de Bouygues Telecom, ce qui réduirait sensiblement la concurrence entre opérateurs télécoms hexagonaux. A ce jour, aucun accord n'a été annoncé. Mais les informations qui filtrent semblent indiquer que ces négociations compliquées se rapprochent d'une fin heureuse pour les entreprises concernées.

Rappelons qu'au début du mois, lors d'une réunion organisée au Caire pour le changement de nom (de 'Mobinil' en 'Orange Egypt') de sa filiale locale, le patron d'Orange, Stéphane Richard, avait déclaré, à propos des négociations avec Bouygues : 'en principe, soit on trouve une issue d'ici le 31 mars et on annoncera quelque chose. Sinon on renoncera', rapportait le 8 mars LaTribune.fr.

Ces négociations ne peuvent qu'être difficiles étant donné le poids concurrentiel des différents acteurs : Natixis calculait, en début d'année, que les parts de marché cumulées d'Orange et de Bouygues Telecom atteignaient, en France, 51% dans le 'haut débit' fixe, 54% pour les magasins et 55% pour les abonnements et des fréquences mobiles.

Initialement, les informations de presse faisaient état d'un rachat de la totalité de Bouygues Telecom par Orange contre environ dix milliards d'euros. Par la suite, ce dernier se chargerait de revendre la moitié de ce total, a priori à d'autres opérateurs hexagonaux (Numericable-SFR, Illiad) pour que le 'deal' éventuel ne soit pas “bloqué” par les autorités de la concurrence. En effet, jamais en Europe un ex-opérateur historique n'a jusqu'alors participé au mouvement de consolidation.

Depuis, les contours de l'éventuelle offre se sont encore précisés : aux dernières nouvelles, Numericable-SFR, la filiale française d'Altice, holding de Patrick Drahi, serait la première intéressée. Rappelons qu'elle avait déposé, voilà presque un an, une offre à dix milliards d'euros sur la totalité de Bouygues Telecom. Cette fois, SFR se referait une santé en rachetant B&You, la marque 'low cost' de Bouygues Telecom, ainsi que la clientèle d'entreprise. Montant estimé de ce premier rachat : au moins trois milliards d'euros, sinon quatre, selon Le Figaro.

Par ailleurs, Iliad, contrôlé par Xavier Niel, récupérerait le réseau mobile qui lui fait tant défaut (surtout en 4G), ainsi que les fréquences moyennant un total de l'ordre de deux milliards d'euros. Ce faisant, Free Mobile pourrait voler de ses propres ailes, sans l'accord d'itinérance conclu avec Orange.

Mais si les opérateurs télécoms sont les premiers intéressés, il faut aussi que l'Etat, principal actionnaire d'Orange avec 23% des parts, trouve lui aussi un accord avec Bouygues. Ce qui serait (presque) chose faite, selon BFM TV : Bercy serait maintenant d'accord pour qu'en échange de sa filiale télécoms, le groupe Bouygues reçoive des titres représentant non plus 9% (avec des clauses empêchant son renforcement), mais 12% du capital d'Orange. Ce qui serait une “voie moyenne” pour Bouygues qui, toujours selon BFM TV, entend détenir à terme 15% du “nouvel Orange”.

Chez Bryan, Garnier & Co., les analystes estimaient ce matin que 'si les discussions portant sur la valorisation et le personnel sont toujours en cours, nous pensons qu'une annonce positive pourrait intervenir durant la première semaine d'avril'. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant