Orange devient seul maître à bord du "nuage souverain" Cloudwatt

le
0
Orange devient seul maître à bord du "nuage souverain" Cloudwatt
Orange devient seul maître à bord du "nuage souverain" Cloudwatt

L'opérateur de télécoms Orange a annoncé vendredi le rachat de 100% de la société de stockage de données en ligne Cloudwatt, créée pour fournir à la France une alternative aux géants américains du secteur.Orange, qui détenait déjà 44,4% de Cloudwatt, acquiert les titres détenus par Thales (22,2%) et la Caisse des Dépôts (33,3%). L'opérateur précise dans un communiqué qu'"il intervient en son nom et pour le compte de l'Etat dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir".Le cabinet d'Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du numérique n'était pas joignable pour commenter cette information.Le lancement à l'automne 2012 de Cloudwatt était intervenu après la décision de faire émerger un "nuage" souverain français, jugé indispensable à la suite de l'affaire Snowden sur la vulnérabilité des données facilement espionnables par les Etats-Unis.Alliant à l'origine ressources publiques et privées, Cloudwatt, qui a réalisé un chiffre d'affaires de moins de 3 millions d'euros en 2014, coexiste depuis le départ avec un projet concurrent, intitulé Numergy. Ce dernier a été lancé par Bull et SFR, respectivement rachetés ensuite par Atos et Numericable. Comme son concurrent Numergy, Cloudwatt a bénéficié d'un financement de l'Etat s'élevant à 75 millions d'euros.Cette division en deux entités séparées du projet avait dès le départ suscité de nombreuses critiques.L'objectif était de créer des entreprises nationales capables d'offrir aux entreprises et administrations le stockage sur le sol français de données informatiques sensibles, pour créer une alternative aux offres des géants américains de l'informatique tels Amazon, Cisco, IBM, Microsoft ou Google, leaders sur le marché français.Le choix de favoriser ces deux rivaux créés de toute pièce a suscité la colère d'autres acteurs français importants du secteur comme OVH, Gandi et Ikoula mais aussi de start-up tricolores telles que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant