Orange: des semestriels pénalisés par le segment mobile.

le
2

(CercleFinance.com) - En baisse de 4,5% ce midi, à 13,7 euros, l'action de l'opérateur télécoms historique Orange souffrait après la publication de ses comptes semestriels, ce qui en fait la plus forte baisse des valeurs de l'indice CAC 40. En cause : une déception du côté des ventes centrée sur le segment mobile en France.

Qu'a donc annoncé Orange ce matin ? Sur le semestre, l'excédent brut d'exploitation (EBITDA, en anglais) retraité de 5,91 milliards d'euros (- 0,6% en organique) a conduit la marge correspondant à baisser (toujours en données comparables) de 0,3 point de pourcentage à 29,4% du CA..

Plombé l'an dernier par des charges, le résultat net part du groupe a de son côté décollé de près de 190% à 3,17 milliard d'euros. Et les prévisions annuelles ont été confirmées, à savoir : 'un EBITDA retraité supérieur à celui réalisé en 2015, à base comparable”, et un dividende annuel de 0,60 euro.

Cependant, en berne pendant des années en raison d'une rude concurrence, le CA d'Orange (à données comparables) avait récemment renoué avec une légère croissance. Mais si cela était toujours vrai au 1er trimestre (+ 0,6% en données organiques), le deuxième quart de l'année s'est soldée par une croissance nulle (0%), malgré des recrutements d'abonnés toujours importants dans la fibre comme dans le mobile.

En effet, le consensus, qui aime les bonnes surprises, misait sur un CA semestriel de 20.079 millions d'euros et un EBITDA de 5.921 millions, attentes que les chiffres effectivement publiés ont manqué de respectivement 87 millions et 8 millions.

Qu'en pensent les analystes ? Société Générale (SG) salue de “solides performances de l'Espagne (2e marché du groupe, ndlr) et de la France dans le haut débit”, avec 2,5 millions de clients pour la fibre optique, chiffre multiplié par 2,1 en un an.

Les analystes notent cependant que si l'Espagne (+ 4%) et l'Afrique (+ 4%) restent bien orientées, la Pologne (- 3,8%) pèse. “Dans l'ensemble, le groupe a affiché de solides performances opérationnelles en France au premier semestre”, indique une note, qui renouvelle le conseil de conserver la valeur, avec un objectif de cours à 12 mois de 16,5 euros.

Chez Natixis, neutre sur le titre avec une cible de 14 euros, on met l'accent sur “la déception (qui) provient principalement d'une forte baisse des services mobiles en France (- 5,2% contre - 2,4% au 1er trimestre 2016), alors que le groupe a été affecté à la fois par la baisse des prix de l'itinérance en Europe, une forte intensité concurrentielle, mais aussi le développement des offres SIM-only qui font plus que compenser les solides recrutements”.

Certes, Orange a confirmé ses prévisions, mais cela suppose que le second semestre soit, de ce point de vue, meilleur que le premier. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jhernan5 il y a 5 mois

    Après la performance de l’inénarrable "KERVIEL" , les analystes de la Sté Gle auraient dû se taire définitivement. Comment peuvent-ils se permettre encore d'émettre un avis en matière boursière ?

  • faites_c il y a 5 mois

    "En cause : une déception du côté des ventes centrée sur le segment mobile en France." Je ne comprends pas. L'ARCEP fait pourtant tout son possible pour sortir des chiffres bidons démontrant qu'en dehors d'Orange il n'y aucun autre fournisseur d'accès mobile qui tient la route! Désolé pour Orange, mais chez moi la couverture par SFR, Bouygues ou Free est quasi identique à celle d'Orange puisque nous ne disposons pas de la 4G à la campagne et que nous avons épisodiquement un accès en 3G!