Orange Bouygues : il y avait trop de friture sur la ligne

le , mis à jour le
0
Orange - Bouygues Telecom, le mariage n'aura finalement pas lieu.
Orange - Bouygues Telecom, le mariage n'aura finalement pas lieu.

Fin du suspens. Après trois mois de négociations et une entrevue de la dernière chance cet après-midi entre Martin Bouygues et Stéphane Richard, les conseils d'administration de Bouygues et d'Orange, qui se sont tenus vendredi en fin de journée, ont acté la fin des négociations. Orange ne rachètera pas Bouygues. En tout cas, pas maintenant... Pourtant, il y a encore quinze jours, Stéphane Richard, le Pdg d'Orange, dont l'Etat est l'actionnaire de référence avec 23% du capital, affirmait que les négociations étaient « sur le point d'aboutir. » Ce deal a mobilisé pendant des semaines tout ce que l'on peut trouver de têtes bien faites dans le monde des avocats et des banquiers d'affaires parisiens. Grégoire Chertok (banque Rothschild) et Jean-Michel Darrois (cabinet Darrois Villey Maillot Brochier) pour Bouygues, les banquiers Jean-Marie Messier et Erik Maris pour Orange. Ils ont travaillé des jours, des nuits et des week-end, notamment celui de Pâques, mais les vues étaient trop inconciliables.

Tout avait démarré par une dépêche de Bloomberg du 7 décembre 2015, révélant qu'Orange avait démarré des discussions en vue de racheter Bouygues Télécom. Le 5 janvier dernier, les deux entreprises confirmaient l'information. L'architecture de cette opération, qui aurait fait passer de 4 à 3 le nombre d'opérateurs en France, était, par nature et d'emblée, très complexe. D'abord pour des questions de concurrence. Orange, premier...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant