Orages violents et prudence maximale

le , mis à jour à 09:30
0
Orages violents et prudence maximale
Orages violents et prudence maximale

Les orages qui se sont abattus hier et avant-hier sur le sud-ouest de la France, de Bordeaux à Montpellier, auront laissé des traces et mobilisé des centaines de pompiers. Six départements du Sud-Est restent en vigilance orange et environ 14 500 foyers étaient toujours privés d'électricité hier soir.

 

De Sète aux Cévennes, l'épisode a viré au déluge. Il est tombé entre 220 et 300 mm d'eau au mètre carré dans la région de Montpellier (Hérault). A Montbazin et Cournonterral, on n'a pu accueillir les élèves, pour cause d'inondations. A Saint-Jean-de-Fos, la toiture d'une maison a été soufflée par une mini-tornade et de nombreuses routes étaient submergées. A Montbazin où le ruisseau la Vène occasionnait au matin des signes d'inquiétude, la vie normale n'a repris qu'hier après-midi. « Quand il pleut comme ça, je ne me déplace pas. Je suis retraitée et je ne prends pas de risques », explique Marie-Jeanne, alors qu'une autre habitante a passé sa matinée à déboucher une grille d'évacuation des eaux pluviales. « Je n'ai pas emmené mon fils à l'école et je ne suis pas sortie. Mon mari a pris la route pour se rendre à Montpellier pour son travail. Comment faire autrement ? » ajoute cette mère de famille. Elle n'est pas la seule à avoir fait preuve de prudence sous la pluie. « C'est bien la première fois qu'on constate une si notable fluidité du trafic dans la ville de Montpellier un jour d'inondations. On a le sentiment que les gens se sont beaucoup moins déplacés. A peine quatre ou cinq ans en arrière, c'était totalement différent », analyse Alix Roumagnac, le PDG de Predict Services, qui a observé l'évolution des comportements alors que la préfecture de l'Hérault avait lancé, en amont, une grande campagne de sensibilisation au risque Inondation avec 8 commandements majeurs : je m'informe, je ne prends pas ma voiture, je ne sors pas, je m'éloigne des cours d'eau, je me soucie de mes proches, je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant