Orages et crues : nombreux dégâts sur une partie de la France

le
0
Orages et crues : nombreux dégâts sur une partie de la France
Orages et crues : nombreux dégâts sur une partie de la France

La France était mercredi soir coupée en deux. Après avoir traversé le sud-ouest du pays -provoquant des inondations qui ont fait deux morts- de violents orages se sont abattus mercredi soir sur un grand quart nord-est de la France, entraînant d'importants dégâts.

Routes coupées, transports en commun au ralenti, villages sous les eaux, les départements franciliens ont été particulièrement touchés. Des milliers de foyers ont été privés d'électricité et les pompiers de la région ont reçu des milliers d'appels, surtout pour des caves inondées, mais aussi pour des incendies provoqués par la foudre, comme à Vaux-le-Penil (Seine-et-Marne) ou encore à Pantin (Seine-Saint-Denis). A Gonesse (Val-d'Oise), une partie du toit du centre commercial Usines Center s'est effondré sous le poids de l'eau qui n'arrivait pas s'écouler. A Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), ce sont des morceaux de plafond du centre commercial des Arcades qui se sont effondrés, là encore sans faire de blessé.

Un blessé a toutefois été signalé par la préfecture de Seine-et-Marne. L'homme a été hospitalisé à Fontainebleau après qu'un arbre lui est tombé dessus à Bois-le-Roi.

27 départements encore en vigilance orange pour les orages

Mercredi soir, 27 départements du quart nord-est étaient encore placés en vigilance orange pour le risque d'orages. En Ile-de-France, l'alerte a été levée peu avant 23 heures. Dans le Sud-Ouest, quatre départements (Haute-Garonne, Landes, Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques) étaient aussi toujours en vigilance orange, cette fois-ci pour les crues.

Lors d'une visite à Lourdes, durement touchée par les inondations, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a promis que des aides exceptionnelles seraient débloquées dans les prochains jours. Il a également assuré avoir donné des instructions très strictes pour une reconnaissance rapide de l'état de catastrophe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant