Orages : 16 départements en vigilance orange

le
0
Orages : 16 départements en vigilance orange
Orages : 16 départements en vigilance orange

Vous avez profité du soleil des derniers jours pour parfaire votre bronzage ? Tant mieux, car une nouvelle dépression arrive sur la France ce vendredi. Partie du sud des tropiques, c'est la remontée d'une masse d'air chaud qui en est à l'origine. Elle renforcera l'instabilité latente présente sur la moitié ouest du pays à partir de vendredi après-midi.

Météo-France a étendu vendredi après-midi son avis de vigilance orange «orages» à cinq départements supplémentaires de l'Ouest à partir de 18 heures, portant à 16 le nombre de départements placés sous vigilance.

Météo-France a ainsi annoncé un début de suivi pour l'Ille-et-Vilaine, l'Indre-et-Loire et les trois départements de la région Basse-Normandie. Les départements des régions Pays de la Loire et Poitou-Charentes, ainsi que la Gironde et les Landes sont eux maintenus sous vigilance.

Le début de l'événement est toujours prévu vendredi à 18 heures pour se terminer samedi à 6 heures, contre 4 heures prévus initialement, précise le bulletin.

Des orages qui s'annoncent violents

Météo-France prévoit en effet une «situation fortement orageuse d'été qui nécessite une vigilance particulière dans la mesure où il existe un risque fort (une forte probabilité) de phénomène violent», tel que des «rafales localement supérieures à 100 km/h, voire 130 km/h» et un «fort risque de grosse grêle et précipitations intenses». Météo-France recommande notamment d'éviter d'utiliser le téléphone et les appareils électriques en cas d'orage.

Cette dégradation se généralisera en soirée et nuit à de nombreux départements de la moitié ouest.

Les pluies devraient être localement intenses (jusqu'à 60 mm en 1h, soit l'équivalent d'un mois de pluie), de fortes chutes de grêle et rafales de vent pouvant aller jusqu'à 90km/h. Cette dégradation devrait s'installer sur l'ensemble de l'hexagone pendant le week-end, avec des températures descendant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant