Oradour-sur-Glane : non-lieu confirmé pour un ancien SS

le
1
Oradour-sur-Glane : non-lieu confirmé pour un ancien SS
Oradour-sur-Glane : non-lieu confirmé pour un ancien SS

Le non-lieu prononcé dans la procédure visant un ancien SS soupçonné d'avoir participé au massacre d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) a été confirmé par la cour d'appel de Cologne, en Allemagne. Le 9 décembre, le tribunal de Cologne avait estimé que «les éléments de preuves disponibles» ne permettaient «pas a priori de contredire» la défense du nonagénaire Werner Christukat, ancien nazi, âgé de 19 ans à l'époque. En juin 1944, 642 personnes, dont plus de 450 femmes et enfants, avait été massacrées par l'unité SS à laquelle il appartenait, dans ce village de Haute-Vienne.

Dans un arrêt prononcé vendredi mais rendu public ce mercredi, la cour d'appel a «désormais confirmé la décision du tribunal». «Pour l'ouverture d'un procès, est au moins requise la probabilité que la responsabilité pénale individuelle de l'inculpé puisse être démontrée sous la forme d'une participation concrète à un meurtre ou à une complicité de meurtre», souligne la cour dans un communiqué. «Les propos de l'inculpé, admettant certes sa présence lors des événements d'Oradour-sur-Glane mais réfutant avoir tiré ou assumé des tâches de surveillance ou de transport (des victimes) ne peuvent être a priori contredits par les moyens de preuve actuellement mis à disposition», a-t-elle conclu.

«Je n'ai tiré aucun coup de feu dans ce village»

Werner Christukat avait été inculpé début janvier 2014 pour le «meurtre en réunion» de 25 personnes et pour «complicité de meurtres» concernant des centaines d'autres victimes, au cours de la pire exaction commise en France par l'armée allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale. L'ancien militaire était soupçonné d'avoir abattu à la mitrailleuse 25 hommes rassemblés dans une grange, avec un autre membre du régiment Der Führer de la division blindée SS Das Reich. Les survivants avaient été achevés d'une balle de pistolet ou étaient morts dans l'incendie de la grange ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 17 juin 2015 à 18:06

    Bien du fric de dépensé pour RIEN, c'était dans les années 50 qu'il fallait faire ce genre de procès, l'art de dépenser l'argent du contribuable dans des niaiseries sans nom. Prouvez donc 70 ans plus tard si ce gus a tiré ou pas, c'est RIDICULE, à l'image de la prétendue justice.