Oradour-sur-Glane : le village-martyr a besoin d'aide

le
0
Oradour-sur-Glane : le village-martyr a besoin d'aide
Oradour-sur-Glane : le village-martyr a besoin d'aide
Village-martyr victime de la barbarie nazie durant la Deuxième Guerre Mondiale, Oradour-sur-Glane (Limousin) s'interroge. L'année prochaine, le 10 juin 2014, il y aura tout juste soixante-dix ans que les nazis ont massacré la population de cette commune, à une vingtaine de kilomètres de Limoges, dont les femmes et les enfants brûlés vifs dans l'église. Depuis, les ruines des différentes bâtisses ont été conservées en l'état, en mémoire de cette effroyable journée où 642 personnes furent tuées.

Aujourd'hui, la question d'entretenir tout ou partie des bâtiments est posée par la municipalité, qui met en avant les aspects liés à la sécurité et au budget pour justifier l'ouverture d'une réflexion. L'Etat verse chaque année entre 150 et 200 000 ? pour conserver les vestiges, mais cette participation se révèle insuffisante pour des murs victimes de l'usure du temps. Par ailleurs, les risques d'éboulement, notamment des cloisons intérieures des maisons, sont de plus en plus sensibles.

Des discussions avec la préfecture

«Même si affectivement, la question de conserver la totalité des murs ne se pose pas, d'un point de vue budgétaire, elle existe», explique le maire d'Oradour dans une récente interview à France 3. L'une des alternatives consisterait à entretenir les parties les plus symboliques, comme l'église et une partie de la rue principale. Mais cette option risque de se révéler insuffisante pour les familles des victimes. L'union départementale des comités de SOS Racisme a déjà exprimé son inquiétude. Les uns et les autres seront particulièrement attentifs aux discussions que devrait entamer très prochainement la préfecture de Haute-Vienne avec la municipalité, comme cette dernière l'annoncé sur France info.

Après le passage de sinistre mémoire de la 2e division blindée de la Waffen SS, le village d'Oradour-sur-Glane a été reconstruit en dehors des lieux du massacre. Il compte aujourd'hui 2200...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant