Oradour : nouveau jugement sur le livre qui raconte le massacre

le
0
Oradour : nouveau jugement sur le livre qui raconte le massacre
Oradour : nouveau jugement sur le livre qui raconte le massacre

Robert Hébras, l'un des survivants du massacre d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) du 10 juin 1944, a été définitivement blanchi ce mercredi par la justice française, qui l'avait condamné l'an dernier pour avoir mis en doute le caractère forcé de l'implication des Malgré-nous alsaciens dans ce terrible crime nazi.

La Cour de cassation a purement et simplement annulé l'arrêt de la cour d'appel de Colmar (Haut-Rhin) qui, en septembre 2012, avait contraint cet homme de 87 ans à verser un euro symbolique de dommages et intérêt et 10 000 euros de frais de justice à deux associations de Malgré-nous, ces Alsaciens enrôlés de force dans l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Enrôlés soi-disant de force dans les unités SS»

Les Associations des évadés et incorporés de force (Adeif) du Bas-Rhin et du Haut-Rhin avaient porté plainte contre lui en 2009 pour avoir écrit dans son livre «Oradour-sur-Glane, le drame heure par heure», publié pour la première fois en 1992 et réédité en 2008 avec le même contenu, que «parmi les hommes de main, il y avait quelques Alsaciens enrôlés soi-disant de force dans les unités SS».

Elles avaient été déboutées une première fois par la cour de grande instance de Strasbourg (Bas-Rhin) en octobre 2010. Mais deux ans plus tard, le tribunal de Colmar leur avait donné raison, estimant que l'auteur du livre avait «outrepassé les limites de la liberté d'expression» et que l'enrôlement de force de ces Français de l'Est dans les Wafen-SS, et notamment dans la division Das Reich, celle qui a tué 642 personnes, dont 247 enfants à Oradour, était une «vérité historiquement et judiciairement établie».

Finalement, la Cour de cassation a estimé que ces propos litigieux, «s'ils ont pu heurter, choquer ou inquiéter les associations, ne faisaient qu'exprimer un doute sur une question historique objet de polémique, de sorte qu'ils ne dépassaient pas les limites de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant