Or : les professionnels vendent, les particuliers achètent

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Au deuxième trimestre, le prix de l'or a connu une chute spectaculaire de 400 dollars l'once. Il est, depuis la fin juin dernier, remonté et se négociait ainsi à 1.363 dollars l'once, en début de semaine, à Londres. Néanmoins, les statistiques trimestrielles publiées par le World Gold Council, une association professionnelle regroupant les principaux producteurs d'or, permettent de mieux comprendre ce qui s'est passé. La demande de métal jaune s'est, en effet, contractée de 12% en volume (856,3 tonnes) et de 23% en valeur (38,9 milliards de dollars).

Au trimestre dernier, une composante importante de la demande mondiale qui est l'or acheté à des fins d'investissement dénote des comportements opposés selon les catégories de détenteurs. En effet, si les bijoutiers-joailliers ont profité, eux, de la tendance baissière du prix de l'once pour absorber 575,5 tonnes de métal jaune (+37%) comparé au même trimestre de 2012, la seule demande d'or pour l'or-placement a chuté, elle, de 63% à 105,4 tonnes. Ce sont les fonds d'arbitrage et autres professionnels qui ont vendu en grandes quantités leurs parts de fonds indiciels cotés (ETF) indexés sur le cours de l'or, pendant le trimestre. Et les promoteurs de ces ETF-là ont, en effet, dû vendre la contrepartie de ces placements, soit 402,2 tonnes, alors que, dans le même temps, les particuliers ont acheté, eux, pour 507,6 tonnes d'or (+78%), sous forme de lingots et pièces.

Le World Gold Council attribue donc ces ventes de parts d'ETF indexés sur l'or surtout aux investisseurs professionnels, en particulier les fonds d'arbitrage, dont beaucoup ne voient plus de raison de prendre le métal jaune comme valeur refuge. La Réserve fédérale prévoit, en effet, de ne plus autant racheter, chaque mois, de bons du Trésor américain et de titres hypothécaires, pour soutenir une économie américaine désormais en net redressement. 

Cette politique monétaire, dite accommodante, de la banque centrale américaine aurait pu relancer l'inflation en déstabilisant le dollar, ont craint, un temps, certains gérants de fonds d'arbitrage, comme George Soros. Mais le célèbre financier a liquidé toutes ses positions en or, il y a plusieurs mois. John Paulson, autre grand gérant de fonds américain, conserve, lui, intacte sa foi dans l'or. Sa position de 1,1 million d'onces détenue sous forme de parts de l'ETF SPDR (State Street) vient néanmoins d'être convertie en contrats d'échange or (swaps) négociés de gré à gré. Paulson aurait simplement cherché à réduire les frais de gestion (0,4%) qu'il payait sur ces ETF, selon des informations du Financial Times.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant