Or: la valeur refuge sans tendance, Yellen en vue.

le
0

(CercleFinance.com) - Au terme du premier de ce jeudi sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.232 dollars (+ 2,8 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.148,1 euros (- 0,1 euro).

Pénalisée par l'“effet Trump”, et l'anticipation d'une accélération franche de la croissance et de l'inflation aux Etats-Unis l'an prochain, la valeur refuge tente de se reprendre. Il faut dire qu'elle a perdu plus d'une centaine de dollars en deux mois.

En effet, la victoire surprise du candidat républicain aux présidentielles des Etats-Unis a changé la donne du côté des anticipations. Le dollar, principale devise du négoce de l'or, en a profité. Ainsi que les taux d'intérêt à long terme aux Etats-Unis (T-Bonds), passés de 1,80% environ au début du mois de novembre à près de 2,30% ces derniers jours.

Explication résumée, selon un analyste parisien : “Trump est imprévisible, mais il concourt pour le Parti républicain. Il est businessman, donc pragmatique, dans un pays démocratique doté de forts contre-pouvoirs. Conclusion : il ne pourra pas mettre en oeuvre certaines des mesures jugées les plus extrêmes et va s'en tenir, au moins dans un premier temps, aux politiques les plus 'faciles' à faire passer au Congrès. C'est-à-dire les baisses d'impôts. Et potentiellement un plan de relance par les infrastructures”.

Sauf que le 45e président des Etats-Unis n'a pas encore formé son “administration”, ni été investi, ni obtenu l'accord du Congrès. Ce qui peut expliquer, après une semaine de hausse presque ininterrompue, que le dollar (revenu de 1,13 à 1,07 dollar contre l'euro en huit jours) se calme maintenant, et que les taux longs américains reviennent vers 2,20%.

Toujours pas de rebond quant à l'appétit en métal jaune du premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares : l'encours de lingots formant sa contrepartie s'est encore tassé de 1,2 tonne hier soir, à 926,3 tonnes.

A guetter dans l'après-midi : la première intervention de la présidente de la Fed depuis l'élection de Donald Trump. Et ce alors qu'aux yeux des opérateurs, un relèvement des taux courts semble plus certain que jamais en décembre. Devant la commission économique conjointe du Congrès, à Washington, Janet Yellen fera le point sur les perspectives économiques.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant