Or: la pression des taux longs se fait toujours sentir.

le
0

(CercleFinance.com) - Au terme du premier des deux fixings du jour à Londres, l'once d'or cotait 1.243,25 dollars (- 5 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.078,8 euros (- 3 euros).

Les analystes Matières premières de Commerzbank soulignent qu'hier au comptant, l'once a abandonné 1,7% à la clôture du marché américain, soit 'sa plus forte baisse en pourcentage depuis le mois de novembre'. En un mois seulement, l'once de métal fin a abandonné environ 70 dollars, soit plus de 5% de sa valeur, et même 6% en euro en tenant compte de la baisse de la monnaie unique européenne.

Le facteur explicatif est, schématiquement, concentré sur la hausse des taux longs. Dans l'intervalle, le rendement du T-Note fédéral dix ans est passé, aux Etats-Unis, de moins de 2,20% à 2,35% ce midi. Le produit allemand équivalent est pour sa part passé de moins de 0,30% à 0,46%, quand l'OAT française, elle, grimpait d'environ 0,70 à 0,82%.

Par définition, l'once, qui ne génère ni cash flow ni dividende et affiche donc un rendement de 0%, souffre de la tension des taux longs.

D'ailleurs, les investisseurs réduisent leur exposition au SPDR Gold Shares, dont la masse de lingots a baissé hier soir de 6,2 tonnes à 846,3 tonnes. Rappelons qu'elle atteignait encore 867 tonnes le 13 juin dernier.

“On surveillera de près le support majeur à 1.214 dollars”, préconisent ce matin les analystes de Saxo Banque. “En cas de rupture, on peut envisager une consolidation vers les 1.195 dollars”, estiment-ils.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant