Or: l'once proche des 1.340 dollars malgré la Fed.

le
0

(CercleFinance.com) - Malgré une Fed au discours plus dur, les taux longs américains ont reculé cette semaine, faisant la bonne fortune de la valeur refuge dont le rendement est nul. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once de 31,1 grammes d'or cotait 1.335,9 dollars (- 3,2 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.192,1 euros (+ 2,2 euros).

Au terme d'une semaine marquée par les réunions de la Banque du Japon et de la Réserve fédérale américaine, et toujours selon les prix de référence du marché de Londres, l'once a pour l'heure gagné 2,1% en dollars et 1,8% en euros.

La Banque du Japon (BoJ) a annoncé une nouvelle modalité de sa politique non conventionnelle visant à maintenir autour de 0% le rendement des fonds d'Etat nippons, qui tendent à virer au rouge. Certains intervenants ont estimé qu'il s'agissait d'une mesure destinée à épargner les banques, dont les taux (courts et longs) proches sinon inférieurs à 0% n'arrangent pas du tout les affaires. D'autres supputent qu'ainsi, la BoJ montre que sa politique atteint ses limites, voire qu'elle annonce, à terme, une réduction de voilure du QQE dont les effets économiques sont contestés.

Et la Fed ? Si la banque centrale américaine a laissé inchangée sa politique monétaire mercredi, elle a adopté un ton plus “faucon”. Mais au final, les opérateurs n'anticipent plus qu'un 'tour de vis' de ses taux directeurs cette année, contre deux sinon trois durant les dernières semaines.

En outre, la Fed, qui prévoit seulement 1,8% de croissance du PIB américain cette année, n'attend que 2% en 2017 et 2018. Ce qui a incité les opérateurs à modérer leurs anticipations monétaires au titre de l'année prochaine. Bref, si la Fed devrait continuer à durcir sa politique monétaire, elle devrait surtout le faire suivant un rythme plus lent que prévu.

D'ailleurs, le rendement de l'obligation d'Etat fédérale à dix ans, qui a culminé le 13 septembre vers 1,73%, est retombé et s'affiche pour l'heure sous 1,61%. Un bon point relatif pour l'or, dont le rendement est, par définition, nul.

Enfin, les investisseurs 'longs' sur le métal jaune sont d'ailleurs revenus : entre mercredi et jeudi soir, l'encours du premier des ETF aurifères au monde, le SPDR Gold Shares américain, a augmenté de 6,5 tonnes à 950,9 tonnes. Ce qui représente une hausse de près de 19 tonnes depuis son point bas du 15 septembre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant