Or: l'élection de Donald Trump pèse toujours.

le
0

(CercleFinance.com) - L'once tentait de retrouver ses esprits après une chute marquée induite par une tension des taux d'intérêt aux Etats-Unis. Au terme du premier fixing du jour à Londres, l'once de 31,1 grammes d'or cotait 1.225,7 dollars (- 1,25 dollar par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.144,7 euros (+ 0,55 euro).

Rappelons que l'once dépassait les 1.340 dollars à la fin du mois de septembre et qu'avant l'élection “imprévue” de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, son cours dépassait encore les 1.280 dollars. Dégringolée ensuite jusqu'à 1.213,60 dollars le 14 novembre, la valeur refuge tente maintenant de se stabiliser.

Explication : le “phénomène Trump”. “A ce stade”, explique Aurel BGC, “les marchés continuent de parier sur la mise en place début 2017 d'un programme expurgé des mesures les plus radicales mais susceptible de doper la croissance et l'inflation, sans garantie aucune de réalisation pour l'instant”.

La relance budgétaire par des baisses d'impôts en masse évoquée par le candidat Trump pourrait, si elle était mise en oeuvre, doper la croissance modeste du PIB américain (2% l'an prochain, selon la Fed). La baisses des impôts des ménages et des entreprises pourraient aussi être de nature à relancer l'inflation. Ce qui tire à la hausse les taux d'intérêt à long terme : le rendement du T-Bond fédéral à dix ans, tombé à 1,35% début juillet, frôle maintenant les 2,30%, niveau perdu de vue à la fin de l'année 2015.

De plus, du côté de la Réserve fédérale, “la hausse des taux reste toujours clairement d'actualité en décembre”, indique Saxo Banque. Membre du “board” de la Fed, Daniel Tarullo a fait des déclarations en ce sens. Et l'indicateur FedWatch du CME attribue maintenant une probabilité implicite de 90,6% à un “tour de vis” sur les taux courts lors du FOMC du 14 décembre.

L'or, qui par définition procure un rendement nul, souffre aux yeux des investisseurs du creusement de l'écart séparant son rendement (0%) de celui des produits de taux.

D'ailleurs hier soir, l'encours du premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares américain, s'est de nouveau tassé de 1,5 tonne à 927,4 tonnes, son plus bas niveau depuis le 23 juin dernier.

D'une manière générale, rapportent les analystes Matières premières de Commerzbank, l'encours de l'ensemble des ETF sur or a baissé de plus de 50 tonnes depuis l'Election Day américain du 8 novembre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant