Or: désaffection continue pour la valeur refuge.

le
0

(CercleFinance.com) - Le reflux du métal jaune se poursuivait ce midi. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de Londres, l'once d'or cotait 1.168,75 dollars (- 9,35 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.099,7 euros (- 12,2 euros).

Par nature, le métal jaune ne présente qu'un seul intérêt aux yeux des investisseurs : celui de disposer d'une valeur intrinsèque, ce dont ni un titre financier ni une coupure de monnaie fiduciaire ne peuvent se prévaloir. Une caractéristique prisée lors des époques troubles, comme la crise financière de 2008/2009, ou lorsque croissance et inflation sont en berne.

Cependant, l'once de métal jaune souffre du défaut de sa qualité : elle ne génère pas plus de cash flow que de profits ou de dividendes, et son rendement est donc nul (0%).

A l'inverse, surtout depuis la probable désignation de Donald Trump comme 45e président des Etats-Unis, l'optimisme conjoncturel est de mise : les baisses d'impôts et les grands travaux promis par le “president elect” pourrait bien doper la croissance comme l'inflation aux Etats-Unis en 2017.

D'ailleurs, le rendement de l'obligation fédérale à 10 ans ne cesse de se tendre et atteint 2,40%. Soit presque 60 points de base de plus en un mois, et un record pour l'année 2016. De ce fait, l'écart de rapport entre les produits de taux et le métal se creuse au désavantage de ce dernier. Les 1.340 dollars l'once atteints fin septembre s'éloignent donc un peu plus.

Notons d'ailleurs que du côté de l'ETF aurifère américain SPDR Gold Shares, la contraction de l'encours était de nouveau de mise hier soir : - 1,2 tonne à 883,9 tonnes. Il s'agit d'un des indicateurs de demande des investisseurs haussiers sur le métal jaune.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant