Or: au sommet de 7 mois, l'once corrige peu.

le
0

(CercleFinance.com) - La multiplication des facteurs de risques qui plombe les marchés d'actions, et notamment le secteur bancaire, profite au métal jaune qui tutoie ses sommets en sept mois. Au terme du premier fixing de ce mardi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or fin cotait 1.188,9 dollars (- 4,35 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.061,9 euros exactement (- 9,9 euros).

Les facteurs de risques ne cessent de s'accumuler au-dessus des marchés financiers, ce qui joue en faveur de la traditionnelle valeur refuge qu'est l'or. En un mois et en dollar, le cours de l'once a gagné plus de 8% : difficile de trouver un indice boursier aussi bien orienté, le S&P 500 américain, par exemple, perdant 10% depuis fin 2015.

Il faut dire que les dernières nouvelles des Etats-Unis signalent un affadissement conjoncturel : non seulement la croissance du PIB a ralentit au 4e trimestre 2015, à 0,7%, alors que le premier quart de l'année est traditionnellement pénalisé par l'hiver, mais les créations de postes ont déçu en janvier.

Ces perspectives tendent à reporter, chez les investisseurs, l'anticipation de la date à laquelle la Réserve fédérale américaine procédera à un nouveau “tour de vis” monétaire conventionnel après celui auquel elle a procédé en décembre dernier.

Toujours aux Etats-Unis, les craintes de faillite de Cheseapake Energy, un grand producteur d'hydrocarbures de schiste, font craindre un avenir difficile pour les nombreux acteurs du “shale oil”. De plus en Europe, les tensions politiques et budgétaires en périphérie de la zone euro sont de retour, notamment autour de la Grèce, du Portugal et de l'Italie et des systèmes bancaires correspondants.

Enfin, le rendement de l'obligation fédérale à dix ans, qui dépassait les 2,30% fin décembre 2015, est retombé à ce jour vers 1,75%. Ce qui constitue une autre bonne nouvelle pour l'or, dont par définition le rendement est nul (0%).

Bref, 'l'once a gagné 9% depuis le début de l'année, ce qui lui permet de surperformer toutes les autres matières premières ainsi que toutes les autres classes d'actifs', soulignent ce matin les analystes Matières premières de Commerzbank.

Les investisseurs semblent de plus enclins à acheter des lingots. Ainsi, l'encours de métal jaune adossé au premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, a grimpé hier soir de plus de cinq tonnes à 703,5 tonnes. Pour mémoire, cet encours n'avait plus touché les 700 tonnes depuis le milieu du mois d'octobre.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta identifient la prochaine résistance à 1.191,60 dollars, une zone de support étant située entre 1.140 et 1.145. 'Les indicateurs de tendance sont toujours haussiers', notent-ils.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant