Or: à 1.300 dollars, l'once au sommet depuis l'été 2014.

le
0

(CercleFinance.com) - Alors que la Fed a l'air un peu perdue et que le taux longs dégringolent, la valeur refuge confirme qu'elle est prisée des investisseurs. Au terme du premier fixing de ce jeudi sur le marché de Londres, l'once de 31,1 grammes fin d'or cotait 1.307 dollars (+ 23,7 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.161,1 euros (+ 18,2 euros).

C'est fait ! Après bien des atermoiements, l'once a fini par déborder le seuil psychologique des 1.300 dollars. Du jamais vu depuis août 2014 dans la devise américaine, mais seulement un sommet de trois mois en euros, point important pour les investisseurs du Vieux Continent.

En effet, le dollar et la banque centrale américaine sont les causes principales du dernier accès haussier de l'once. Hier, la Fed n'a comme attendu pas modifié ses taux directeurs, et son discours n'a guère varié non plus. Ce qui entretient le pessimisme de certains courtiers.

Chez Aurel BGC, on parle d'un 'Droopy effect' : 'la présidente de la Fed a insisté sur les incertitudes économiques. Une hausse des taux directeurs est possible à chaque FOMC (le comité de politique monétaire de la Fed, ndlr), mais la banque centrale ne désire s'engager ni sur un rythme, ni sur un calendrier des prochains mouvements”.

Et les analystes de pester : 'rien n'est 'écrit' car rien n'est 'certain'. Janet Yellen confirme que les membres du FOMC sont dans le brouillard (...) Un élément pas forcément très rassurant pour les investisseurs : comment prendre des risques, investir sur l'économie américaine, alors que les banquiers centraux indiquent n'avoir aucune visibilité sur la croissance économique des prochains trimestres ?'

D'ailleurs, les analystes Matières premières de Commerzbank notent que les opérateurs ont presque ramené à zéro la possibilité que la Fed relève ses taux lors de sa prochaine réunion, fin juillet.

Ce qui conduit le rendement des taux longs américains, par exemple celui de l'emprunt d'Etat fédéral à dix ans, à baisser encore à 1,56% ce midi. Soit son plus bas niveau depuis... fin 2012, alors qu'il avoisinait les 1,85% au début du mois. Un point relativement favorable à l'once dont par définition, le rendement est nul (0%).

Enfin, la masse de lingots adossée au premier ETF aurifère au monde, le SPDR Gold Shares, a atteint hier les 900 tonnes (900,75 tonnes), soit 2,1 tonnes de plus que la veille. Il s'agit d'un nouveau record pour l'année en cours, et d'une hausse de 40% de cet encours par rapport à son niveau de fin 2015.

Cet encours fait partie des indicateurs permettant de jauger de la demande des investisseurs haussiers pour le métal jaune.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant