Optimistes, les marchés européens clôturent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/NEW YORK (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi, portée par l'optimisme ambiant sur la conjoncture mondiale et en particulier par les secteurs de l'automobile et du tourisme.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a fini en hausse de 0,27% à 1.251,53 points et l'EuroStoxx 50 a pris 0,23% à 2.824,50.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,54% à 4.022,85 points. Le Footsie britannique s'est adjugé 0,48% et le Dax allemand 0,69%.

L'indice Stoxx de l'automobile a pris 2,18%, bénéficiant des chiffres des immatriculations en Europe publiés vendredi, qui entretiennent l'espoir d'un rebond du marché en Europe au cours des prochains mois. Peugeot a pris 5,85% et Renault 1,37%.

Le Stoxx du tourisme et des loisirs a progressé de 1,06%, tiré par un bond de 6,87% de Ryanair après l'annonce d'un bénéfice record.

A la clôture en Europe, Wall Street était en légère hausse, le Dow Jones progressant de 0,15% et le Nasdaq de 0,24%. Le marché américain est soutenu principalement par l'actualité des fusions-acquisitions en l'absence d'indicateurs et de résultats importants.

Le groupe pharmaceutique Warner Chilcott gagne ainsi plus de 3,2% après l'offre publique d'échange d'Actavis (+2,9%), qui le valorise autour de 5,0 milliards de dollars hors reprise de dette.

Yahoo gagne 0,66% après l'annonce du rachat du site de "blogging" Tumblr pour 1,1 milliard de dollars cash.

Sur le marché des changes, le dollar se replie d'environ 0,35% face à un panier de devises de référence et d'environ 0,3% face à l'euro, qui évolue autour de $1,2865.

Si l'agenda de ce lundi est pratiquement vide, les prochains jours seront nettement plus animés avec entre autres la réunion de politique monétaire de la Banque du Japon mardi et mercredi, l'audition du président de la Fed, Ben Bernanke, au Congrès mercredi et les indices PMI "flash" jeudi.

Les marchés vont notamment guetter les signes précurseurs d'un début de retrait des politiques d'assouplissement quantitatif qui ont fortement contribué à la hausse des actions ces derniers mois.

Dans ce contexte, l'or, longtemps soutenu par son statut de protection contre le risque inflationniste lié à ces politiques, poursuit son mouvement de repli : il a touché son plus bas niveau depuis un mois à 1.338,95 dollars sur le marché spot.

Signe que l'appétit pour le risque n'est pas remis en cause, les emprunts d'Etat allemands ont cédé du terrain et les Treasuries sont repassés dans le rouge.

Le pétrole, lui, est reparti à la hausse, à près de 105 dollars le baril pour le Brent et de 97 dollars pour le brut léger américain.

Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant