Opération US dans l'Est syrien et combats près de Palmyre

le , mis à jour à 17:57
0

* Un gisement gazier à l'est de Palmyre également attaqué * Exécution de 23 personnes par les djihadistes de l'EI,dit l'OSDH * Un avion syrien aurait été abattu au-dessus de la Turquie (actualisé tout du long) par Will Dunham et Tom Perry WASHINGTON/DAMAS/BEYROUTH, 16 mai (Reuters) - Un commando héliporté des forces spéciales américaines a mené dans la nuit de vendredi à samedi une opération dans l'Est syrien et abattu un haut responsable du groupe djihadiste Etat islamique, Abou Sayyaf, qui codirigeait les opérations financières, pétrolières et gazières de l'EI. Il s'agit de la première opération connue des forces spéciales américaines au sol en Syrie, en dehors de la tentative avortée, l'an dernier, de délivrer un certain nombre d'otages américains et d'autres nationalités détenus par l'Etat islamique dans le nord-est du pays. Le président Barack Obama a ordonné le lancement de ce raid, qui a eu lieu à Al Amr, et la Maison blanche a assuré qu'elle n'avait pas prévenu le régime de Damas de l'imminence du raid et ne s'était pas non plus coordonnée avec lui. L'épouse d'Abou Sayyaf, Oumm Sayyaf, a été capturée et transférée en Irak sous la garde de militaires américains. Une dizaine d'islamistes ont été tuées au cours de l'opération, a dit un responsable américain sous le sceau de l'anonymat. ( ID:nL5N0Y70EB ) La télévision nationale syrienne, citant son correspondant à Daïr Az Zour, a tout d'abord crédité l'armée syrienne de cette opération. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a affirmé peu après que la télévision avait à tort imputé le raid à l'armée du régime. De son côté, une chaîne de télévision turque, NTV, a annoncé que des chasseurs turcs avaient abattu un avion syrien qui avait violé l'espace aérien de la Turquie. L'information n'a été que partiellement confirmée par un responsable militaire turc, qui a dit que deux F-16 avaient bien ouvert le feu, mais il n'a pas précisé quelle avait été leur cible. L'UNESCO INQUIETE Le régime de Damas, lui, a démenti qu'un de ses avions ait été abattu, et dit que c'est un drone de surveillance qui a été détruit. Le groupe EI poursuit son offensive contre l'armée gouvernementale dans le centre de la Syrie, où les djihadistes ont gagné samedi du terrain face à l'armée régulière dans le secteur de la cité antique de Palmyre. Les combats se poursuivent samedi à seulement un ou deux kilomètres des ruines de Palmyre, qui est toujours "fermement sous le contrôle du gouvernement", a déclaré le chef des Antiquités syriennes, Maamoun Abdoulkarim. "Nous en sommes au quatrième ou cinquième jour (d'attaque). Que fait la communauté internationale? Attend-elle pour pleurer et se désespérer comme elle l'a fait dans le nord de l'Irak?", a déploré Maamoun Abdoulkarim. L'Unesco a fait part de sa vive inquiétude concernant les affrontements dans le secteur de Palmyre, aujourd'hui appelée Tadmor, qui est l'un des sites archéologiques les plus riches du monde antique. La cité a été placée en 2013 sur la liste de l'Unesco du patrimoine mondial en péril. Si elle était conquise par l'EI, la cité risquerait de subir le sort d'autres sites historiques saccagés voire détruits par les djihadistes sunnites. L'EI a diffusé cette année plusieurs vidéos dans lequel certains de ses membres mettent à sac les cités historiques de Ninive, Nimrod, Hatra ou encore de Khorsabad, célèbre pour ses immenses statues de taureaux androcéphales ailés. EXECUTIONS PRES DE PALMYRE Palmyre est aussi d'une importance stratégique car elle se trouve à un carrefour : un axe routier la relie à Homs et à la côte méditerranéenne et un autre à la capitale Damas, située à 240 km au sud-ouest. Selon Rami Abdoulrahmane, qui dirige l'OSDH, les deux camps s'affrontaient samedi près d'un bâtiment des services syriens du renseignement situé à Palmyre. Toujours selon l'OSDH, les djihadistes de l'EI se sont emparés d'un gisement gazier situé à l'est de Palmyre. L'information a été démentie de source militaire syrienne, selon laquelle l'offensive contre le gisement se poursuivait samedi, mais avec moins d'intensité. En outre, rapporte l'OSDH, les combattants de l'EI ont exécuté vendredi 23 personnes, dont neuf mineurs et cinq femmes, dans des zones qu'ils contrôlent aux abords du site de Palmyre. Il s'agit de la deuxième série d'exécutions collectives rapportée cette semaine par l'OSDH dans cette zone. Lors de la première, 26 hommes ont été tués, par décapitation pour dix d'entre eux. L'offensive des djihadistes dans le centre de la Syrie s'ajoute aux pressions s'exerçant sur des troupes régulières qui ont subi depuis fin mars d'importants revers. D'autres groupes insurgés en lutte contre le régime du président Bachar al Assad ont pris le contrôle de vastes zones de la province d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, depuis la fin mars. Les troupes d'Assad ont perdu d'autre part le contrôle d'un poste-frontière à la frontière avec la Jordanie, dans le sud du pays. Cette semaine, toutefois, l'armée syrienne et ses alliés du Hezbollah libanais ont chassé les insurgés présents dans une zone de montagne au nord de Damas, renforçant l'emprise du régime sur la région à la frontière libanaise. (Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant