Opération inédite "Je donne mon ivoire" en direction des particuliers

le
4
L'ONG milite pour une interdiction totale du commerce d'ivoire afin d'assécher la demande et de mettre fin au braconnage, qui fait entre 20 et 30.000 victimes parmi la population d'éléphants d'Afrique chaque anné Iv Nikolny/shu
L'ONG milite pour une interdiction totale du commerce d'ivoire afin d'assécher la demande et de mettre fin au braconnage, qui fait entre 20 et 30.000 victimes parmi la population d'éléphants d'Afrique chaque anné Iv Nikolny/shu

(AFP) - Une opération inédite de collecte d'ivoire auprès des particuliers est lancée vendredi en France par l'ONG Ifaw (Fonds international de protection des animaux), qui détruira ces objets pour s'assurer qu'ils ne viendront pas alimenter les circuits commerciaux.

"Un an jour pour jour après la destruction d'un stock de trois tonnes d'ivoire par les autorités françaises, Ifaw appelle les citoyens à participer à la protection des derniers éléphants de la planète en remettant leur ivoire à Ifaw dans le cadre de l'opération +Je donne mon ivoire+", indique l'ONG jeudi dans un communiqué.

"Participer à cette opération, c'est faire un geste en faveur de la protection des éléphants en s'assurant que cet ivoire n'alimentera jamais les circuits commerciaux", ajoute Ifaw.

L'ONG milite pour une interdiction totale du commerce d'ivoire afin d'assécher la demande et de mettre fin au braconnage, qui fait entre 20 et 30.000 victimes parmi la population d'éléphants d'Afrique chaque année, un niveau incompatible avec la survie de ces animaux.

L'ivoire collecté par Ifaw sera détruit, a priori le 22 mai lors de la journée mondiale de la biodiversité, a précisé à l'AFP Céline Sissler-Bienvenu, directeur d'Ifaw France et Afrique francophone. Les particuliers souhaitant donner leur ivoire peuvent contacter l'association par courriel (JeDonneMonIvoire@ifaw.org).

"Nous avons été souvent contactés par des personnes qui détiennent de l'ivoire sous forme de défenses ou de bibelots et qui ne savent pas comment s'en séparer", a indiqué Mme Sissler-Bienvenu. "Les personnes sont notamment soucieuses du devenir de leur ivoire dans le cadre de leur héritage", a-t-elle précisé.

Récemment, le Muséum national d'histoire naturelle de Paris a aussi fait état de sollicitations de particuliers qui souhaitent se séparer de leur ivoire mais ne savent pas comment s'y prendre.

Le 6 février 2014, le gouvernement français avait détruit trois tonnes d'ivoire au pied de la Tour Eiffel pour signifier aux contrebandiers que l'ivoire saisi n'a pas de valeur et sensibiliser le grand public. Une nouvelle destruction aura lieu cette année, a assuré fin janvier Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie.

Il y a quelques jours, le gouvernement français a décidé de ne plus délivrer d'autorisations pour exporter de l'ivoire brut en dehors de l'Union européenne.

La lutte contre le trafic d'ivoire est compliquée par le fait qu'il existe aussi un commerce légal. En France, seul l'ivoire entré dans l'Union européenne avant 1990 peut être vendu, mais il y a parfois des certificats contrefaits ou de vrais certificats qui couvrent une marchandise illégale.

Le trafic d'ivoire est alimenté par une très forte demande en Asie, en particulier en Chine.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8743521 le vendredi 6 fév 2015 à 12:00

    Un tel niveau d'infantilisme chez les écolos est à peine imaginable. Interdire ne fera pas renaitre les éléphants disparus mais provoquera un nouveau rejet des écolos qui prouvent une fois de plus leur intolérance et incapacité à traiter les vrais sujets !

  • croixv le vendredi 6 fév 2015 à 10:32

    D'accord avec combiera.Complètement absurde et effet inverse de celui recherché. La bêtise des bobos écolos a encore de beaux jours devant elle.

  • M2329343 le vendredi 6 fév 2015 à 09:39

    Une réflexion d'intellectuels de haut niveau qui ne protège en rien les éléphants; nos "élites" politique et les écolos intégristes sont au niveau des tapis les plus sales. A mettre tous dans un asile§

  • combiera le vendredi 6 fév 2015 à 09:27

    je ne comprend pas comment la destruction d'objets en ivoire existants depuis des décennies peut protéger les éléphants d'aujourd'hui !!!