Opération délicate pour redresser le Costa Concordia

le
0
L'OPÉRATION DE REDRESSAGE DE L'ÉPAVE DU COSTA CONCORDIA DÉBUTERA LUNDI
L'OPÉRATION DE REDRESSAGE DE L'ÉPAVE DU COSTA CONCORDIA DÉBUTERA LUNDI

ROME (Reuters) - Les opérations pour redresser le navire de croisière Costa Concordia, couché sur le flanc depuis son naufrage qui a fait 32 morts le 13 janvier 2012 près de l'île italienne du Giglio, devraient débuter lundi matin.

D'après le groupe d'assurance Munich Re, le coût financier de ce naufrage pourrait dépasser 1,1 milliard de dollars (827 millions d'euros), pour moitié afin de récupérer l'épave.

"Je pense que c'est l'opération de récupération la plus onéreuse de l'Histoire", déclare Rahul Khanna, ancien officier de la marine marchande aujourd'hui consultant auprès de l'assureur Allianz.

"On croise les doigts en espérant que ça va réussir parce que si ce n'est pas le cas, je n'ose même pas penser aux conséquences financières", ajoute-t-il.

Un responsable de la compagnie maritime Costa Croisières a estimé cette semaine à 600 millions d'euros (800 millions de dollars) le seul coût de la récupération de l'épave. C'est plus cher que la valeur du navire lui-même.

Depuis plus d'un an, 500 ingénieurs et spécialistes préparent sur l'île du Giglio, au large de la Toscane, les opérations de récupération du navire de croisière qui devraient commencer à 06h00 lundi.

Le Costa Concordia, véritable "immeuble flottant" qui gît à moitié submergé dans des eaux peu profondes, va être roulé sur le fond de la mer et hissé sur des plates-formes sous-marines au terme d'une opération de pivotage connue sous le nom de "parbuckling".

Les ouvriers en profiteront pour rechercher dans l'épave les corps de deux personnes portées disparues - de nationalité italienne et indienne - lorsque le navire, qui jauge 114.000 tonneaux, sera remis d'aplomb grâce à des machines et que des caméras exploreront le fond de la mer.

Le "Costa Concordia" avait heurté un récif alors qu'il manoeuvrait trop près du Giglio, provoquant une évacuation chaotique de ses plus de 4.000 occupants - passagers et membres d'équipage.

Des plongeurs ont injecté 18.000 tonnes de ciment dans des sacs situés sous la coque pour assurer son maintien et l'empêcher de se briser lors de l'opération qui devrait durer un douzaine d'heures.

Si tout se passe bien, le Concordia sera alors remorqué pour être démantelé.

"La taille de ce navire et l'endroit où il se trouve font que c'est pour moi l'opération la plus délicate de toute ma carrière", a affirmé Nick Sloane, un Sud-Africain qui dirigera la manoeuvre pour le compte de la compagnie Titan Salvage.

James Mackenzie avec Eleanor Biles, Jean-Loup Fiévet et Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant