Opération coup de poing à Paris contre les locations touristiques illégales

le
3

La Mairie a lancé ce mercredi matin une opération de 3 jours pour contrôler 80 immeubles du quartier du Marais. Dans ce secteur touristique, de nombreux logements sont loués illégalement via des sites tels que Airbnb.

Depuis quelques années déjà, la mairie de Paris est en guerre contre les propriétaires louant plusieurs appartements meublés pour des séjours de courte durée. Cette fois-ci, elle a décidé de concentrer ses (faibles) moyens pour une «opération coup de poing» dans le quartier du Marais (4e arrondissement). Depuis ce mercredi matin, les 20 agents de la direction logement et habitat chargés de réguler ces locations, doivent réaliser des contrôles inopinés dans 80 immeubles. Des adresses repérées sur la base de signalements des voisins ou de simples visites des plateforme Internet de location (type Airbnb, Housetrip, Wimdu, etc.)

Pour rappel, si un propriétaire parisien peut louer en toute légalité sa résidence principale en son absence, il n’en va pas de même pour les résidences secondaires. Pour proposer ce type de logement à des touristes pour de courts séjours, il faut en effet effectuer un changement d’usage des lieux avec une compensation financière à la clé.

Le 4e arrondissement perd des habitants

«Le phénomène des locations de meublés touristiques se développe globalement à Paris, souligne Ian Brossat, adjoint au marie chargé du logement. Mais la tendance est particulièrement nette à Montmartre, Saint-Germain et dans le Marais. Dans ce dernier quartier, cette prolifération est sans doute l’une des causes de la baisse de population du 4e arrondissement. Elle est passée de 42.000 habitants en 1990 à 37.000 aujourd’hui. Alors que Paris se repeuple, seuls les 4e et 6e arrondissements perdent des habitants.»

Selon l’élu parisien, 400 à 500 appartement sont contrôlés chaque année. «Mais lorsque nos agents visitent un appartement, ils contrôlent tout l’immeuble», précise-t-il. Des vérifications qui ont débouché en 2014 sur 20 condamnations de propriétaires représentant 56 logements loués, avec un total de 560.000 euros d’amendes.

D’après Ian Brossat, 500 propriétaires auraient fait la démarche volontaire de régulariser leur situation en 2014 soit en changeant l’affectation de leur logement soit en retournant vers le marché locatif classique.» Nous menons ces opérations car les meublés touristiques font perdre à Paris de la surface d’habitation, souligne Ian Brossat. Et aussi car les allers-retours qu’ils génèrent sont des sources de nuisance pour les habitants. Même les commerçants locaux, de bouche notamment, se plaignent de ce phénomène qui leur fait perdre des clients.» A l’avenir, d’autres opérations coup de poing pourraient suivre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 26 mai 2015 à 10:37

    Le Marais se dépeuple parce que ses habitants ne peuvent pas se reproduire.

  • marcgiat le mercredi 20 mai 2015 à 17:40

    Que l'état construise les 500 000 logements manquants par an (et promis en 2012...) avant de donner des leçons à des propriétaires qui cherchent à compenser ce qu'ils perdent en impôts et taxes. Sans compter que le risque de loyer impayé est moindre avec des touristes...

  • lhonderm le mercredi 20 mai 2015 à 12:38

    des ayatollah