Opération anti-terroriste en Tunisie : huit morts, dont l'assassin présumé de Belaïd

le
0
Opération anti-terroriste en Tunisie : huit morts, dont l'assassin présumé de Belaïd
Opération anti-terroriste en Tunisie : huit morts, dont l'assassin présumé de Belaïd

L'opération a duré presque deux jours. Le siège de la maison des suspects, à Raoued, près de Tunis, avait commencé lundi après-midi et des échanges de tirs nourris y avaient eu lieu jusqu'à la mi-journée mardi. Les forces anti-terroristes tunisiennes ont finalement donné l'assaut, tuant sept membres du groupe armé qui s'était retranché dans une maison de cette grande banlieue de Tunis.

Un gendarme a été tué et un autre blessé lors de l'opération, a indiqué mardi le ministère de l'Intérieur. La Garde nationale (gendarmerie) a «réussi à tuer sept terroristes très armés. Les analyses ont dévoilé l'identité de certains d'entre eux (...) Parmi ceux-là se trouve Kamel Gadhgadhi», a affirmé le ministre de l'Intérieur Ben Jeddou lors d'une conférence de presse. Gadhgadhi avait été désigné par les autorités comme étant le meurtrier de l'avocat Chokri Belaïd, il y a près d'un an. L'événement avait mis la Tunisie en ébullition.

L'accès à Raoued était fermé mardi matin, la police bloquant les routes à une distance de quatre kilomètres de cette localité. Selon des témoins, les policiers ont célébré la fin de l'opération en proclamant «victoire» aux abords de la maison assiégée. La ville est située à seulement quelques kilomètres d'une longue plage où se trouvent de nombreux hôtels.

Ansar Asharia dans le collimateur des forces de l'ordre

Depuis la révolution de début 2011, la Tunisie fait face à l'essor de groupuscules islamistes armés. Les assassinats des opposants Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, l'an dernier, ont ainsi été attribués par les autorités à Ansar Asharia, un groupe accusé d'être lié à Al-Qaïda et qui mène des opérations contre les forces de sécurité. Une vingtaine de militaires et de policiers ont été tués en 2013 lors d'affrontements ou par des bombes posées par des jihadistes présumés.

Les forces tunisiennes pourchassent depuis plus d'un an un groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant