Opérateurs mobiles, géants de l'internet et start ups s'engouffrent dans le secteur bancaire

le
0
Opérateurs mobiles, géants de l'internet et start ups s'engouffrent dans le secteur bancaire
Opérateurs mobiles, géants de l'internet et start ups s'engouffrent dans le secteur bancaire

Les géants de l'internet, opérateurs télécoms et start ups innovantes de la finance vont-ils tuer, ensemble, les banques traditionnelles? Si ces nouveaux venus leur font concurrence, ils leur ouvrent aussi des débouchés, selon des analystes.Preuve que la frontière entre les secteurs bancaire et technologique est de plus en plus floue, la banque espagnole CaixaBank a profité mercredi du Mobile World Congress (MWC), grand rendez-vous international de la téléphonie à Barcelone, pour présenter son offre mobile.Le mouvement a commencé à la fin des années 1990, avec l'émergence de banques en ligne et de start-up comme l'américain PayPal, devenu une référence du paiement en ligne.Il s'est accéléré récemment. "On a vu énormément de changement ces deux dernières années dans le monde du paiement mobile, probablement plus qu'au cours des 20 années précédentes", relève Frédéric Maistre, responsable du marketing mobile chez l'émetteur de cartes bancaires Visa Europe.Les géants américains Google et Apple et le numéro un mondial des téléphones portables, le sud-coréen Samsung, ont lancé leurs solutions de paiement.Les opérateurs télécoms ne sont pas en reste: le français Orange offre des services bancaires en Afrique à 15 millions de clients et va racheter la banque Groupama en France. Le britannique Vodafone propose un système de paiement et de retrait de l'Albanie à l'Inde en passant par l'Egypte et l'Afrique du Sud.L'intérêt? Chercher de nouvelles sources de revenus à l'heure où "leur potentiel de croissance sur leur marché c?ur (la téléphonie) arrive à maturité" dans les plus grandes économies explique Frédéric Sarrat, conseiller du cabinet PwC.En outre les "fintechs", jeunes pousses spécialisées dans la finance, se multiplient sur tous les continents et se positionnent sur des niches délaissées par les banques. Elles "identifient des besoins mal servis ou cherchent des nouveaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant