Opep-Pas d'autre choix que de laisser la production inchangée-min.

le
0

KOWEÏT, 19 mars (Reuters) - L'Opep n'a pas d'autre choix que de maintenir inchangée sa production de brut si elle veut préserver ses parts de marché, a déclaré jeudi le ministre koweïtien du Pétrole, réaffirmant une position maintes fois exprimée. "Bien sûr que nous sommes inquiets car le prix du pétrole va affecter notre budget (...) au sein de l'Opep nous n'avons pas d'autre choix que de maintenir le plafond de la production car nous ne voulons pas perdre des parts de marché", a dit à la presse Ali al-Omair, dans la ville de Koweït. De nombreux ministres du Pétrole, dont celui de l'Arabie saoudite Ali al Naïmi, ont défendu à maintes reprises la décision de l'Opep de ne pas réduire ses quotas de production lors de la précédente réunion du cartel en novembre dernier à Vienne. Pour l'Opep, réduire ses extractions reviendrait à abandonner des parts de marché et à subventionner la production des pays aux coûts plus élevés. La décision de l'Opep de novembre avait précipité la chute des cours du pétrole à la fin de l'année 2014, entraînant le baril de Brent à 45 dollars le 13 janvier, alors qu'il avait culminé jusqu'à 115 dollars en juin 2014. Le Brent s'est quelque peu redressé depuis son creux de janvier, mais il accuse néanmoins un repli de quelque 3,5% depuis le début de l'année, après une chute de plus de 48% en 2014. L'offre est en effet toujours très abondante par rapport à une demande qui peine à décoller. Le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) souligne notamment que l'excédent de l'offre mondiale s'aggrave en raison de la production des Etats-Unis, qui ne donne aucun signe de ralentissement. ID:nL5N0WF18X Depuis l'effondrement de l'or noir, l'Opep a appelé de ses voeux à une coopération avec les pays non-membres afin de stabiliser les cours du pétrole, mais peu de progrès ont été réalisés depuis. "S'il y avait un quelconque arrangement avec des pays non-membres de l'Opep nous serions satisfaits", a dit Ali al Omair, tout en disant prévoir des prix du pétrole plus élevés d'ici la fin de l'année. "Il y a des indications qu'à la fin de 2015 les taux de croissance économique vont s'améliorer et cela va se répercuter sur les prix," a-t-il dit. L'Opep estime que l'excédent de l'offre, soit jusqu'à 1,5 million de barils par jour, va s'estomper avec le relèvement de la demande et le ralentissement de la croissance de la production pétrolière américaine. Toutefois, si les producteurs de pétrole aux États-Unis se montrent plus résistants que ne le prévoit l'Opep, l'offre excédentaire pourrait persister, voire s'accroître, surtout si les puissances occidentales et l'Iran trouvent un accord sur le nucléaire permettant à Téhéran d'augmenter ses exportations de pétrole. L'organisation des pays exportateurs de pétrole se réunit en juin prochain pour décider de sa politique en termes de production. (Ahmed Hagagy; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant