Open d'Australie: une demi-finale Nadal-Federer

le
0
ROGER FEDERER BAT ANDY MURRAY ET VA EN DEMI-FINALE À MELBOURNE
ROGER FEDERER BAT ANDY MURRAY ET VA EN DEMI-FINALE À MELBOURNE

par Eric Salliot

MELBOURNE, Australie (Reuters) - Les demi-finales de l'Open d'Australie proposeront entre Rafael Nadal (n°1) et Roger Federer (n°6) un grand classique qui sera le 33e affrontement entre les deux joueurs en activité qui possèdent le plus de titres dans des tournois du Grand Chelem.

Mercredi, à Melbourne, l'Espagnol, numéro un mondial, a imposé son expérience au Bulgare Grigor Dimitrov (n°22) en quatre sets (3-6 7-6 7-6 6-2) alors que le Suisse a dominé l'Ecossais Andy Murray (n°4), en quatre sets également (6-3 6-4 6-7 6-3 en 2h20).

Après la qualification mercredi de Stanislas Wawrinka (n°8), qui rencontrera le Tchèque Tomas Berdych (n°7), c'est la première fois que la Suisse placera deux joueurs dans le dernier carré d'un Grand Chelem.

Gêné par un bandage impressionnant au creux de la main gauche, Rafael Nadal a connu des difficultés au service (sept doubles fautes) mais c'est surtout l'insolent Bulgare qui lui a posé d'énormes problèmes.

Grigor Dimitrov a raté le coche en négociant très mal trois balles de deux sets à un dans un tie-break finalement perdu neuf points à sept. Une fois en tête, le numéro un mondial n'a plus lâché sa jeune proie.

Dimitrov, qui possède la panoplie pour intégrer prochainement le Top 10, n'a pu retenir ses larmes après son vain combat de 3h37.

"Le gain du troisième set a été quasiment décisif pour moi, car si son coup droit était dedans et qu'il gagnait le set, j'aurais dû me battre encore plus", a reconnu Rafael Nadal.

"J'étais un peu fatigué mais j'ai senti qu'il l'était aussi. Mon ampoule me gêne au service. J'ai l'impression au moment de frapper la balle que je peux perdre ma raquette. C'est terrible comme sentiment au service car du coup je ne peux pas accélérer la balle au bon moment."

Dans la deuxième demi-finale, Roger Federer a sorti Andy Murray en quatre sets. Virevoltant, inspiré, le Suisse a servi en vain pour le gain du match à 5-4. Repris, il a ensuite gâché deux balles de match dans le tie-break du troisième set, finalement perdu huit points à six.

"Je suis très content de ma performance au service face à l'un des meilleurs retourneurs du circuit", a-t-il expliqué.

"Il n'y a qu'un jeu où je me suis fait breaker. C'était un match solide du début à la fin. Il y a juste deux minutes où je m'égare mais, même après la perte du tie-break, j'étais toujours en tête."

AZARENKA EXPLOSE

Avant de se projeter sur sa demi-finale, Roger Federer a savouré la performance historique des Suisses.

"J'avoue que je ne suis pas resté stoïque devant la télé lors de la victoire de Stanislas. A la fin, j'étais debout les mains en l'air. On s'est tapés dans les mains avec Mirka. C'est énorme qu'on soit en demi-finales tous les deux", a-t-il dit.

"Stan a pris beaucoup de défaites difficiles dans le passé. Je ne sais pas s'il pense à la finale mais ce serait une grande erreur de sous-estimer Berdych. Tout comme moi Rafa d'ailleurs..."

A 32 ans, Roger Federer participera à sa onzième demi-finale consécutive à Melbourne mais la première en Chelem depuis son échec l'an passé, face à Andy Murray justement.

Largement dominé dans le face-à-face (22-10) par l'Espagnol, le Suisse ne l'a en outre plus battu en Grand Chelem depuis Wimbledon 2007.

Dans le tableau féminin, la double tenante du titre, Victoria Azarenka (n°2), est tombée de haut.

Opposée à Agnieszka Radwanska (n°5), une adversaire qu'elle maîtrisait depuis 2011, la Biélorusse a explosé dans la troisième manche (6-1 5-7 6-0). La Polonaise atteint le dernier carré en Australie pour la première fois de sa carrière.

"Je pense qu'il est difficile d'affronter quelqu'un contre qui j'ai perdu beaucoup de fois (12-NDLR). Je savais que c'était une grande joueuse qui joue un tennis incroyable", a dit Radwanska.

"D'un autre côté, je n'avais rien à perdre. Elle défendait son titre, pas moi. J'essayais de pratiquer mon meilleur tennis sur chacun de mes coups. Je suis vraiment heureuse car j'ai très bien joué."

En demi-finale, la Polonaise retrouvera Dominika Cibulkova, tête de série n°20. La petite Slovaque s'est montrée sans pitié (6-3 6-0 en une heure) pour la Roumaine Simona Halep (n°11).

"Je pense que le mental était très important aujourd'hui car j'ai déjà connu cette sensation", a-t-elle expliqué.

"J'ai déjà joué des quarts de finale en Grand Chelem, une demi-finale... Mon expérience a parlé aujourd'hui. J'étais prête pour le match. C'était comme un match habituel pour moi. Je n'étais pas stressée. Oui, je pense que j'étais meilleure dans le domaine mental également."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant