Open d'Australie: Novak Djokovic vient à bout de Rafael Nadal

le
0
NOVAK DJOKOVIC DÉCROCHE SON TROISIÈME TITRE À MELBOURNE
NOVAK DJOKOVIC DÉCROCHE SON TROISIÈME TITRE À MELBOURNE

par Ian Ransom

MELBOURNE (Reuters) - Le Serbe Novak Djokovic a remporté dimanche l'Open d'Australie à l'issue d'un combat épique de cinq heures et 53 minutes face à l'Espagnol Rafael Nadal, le plus long de l'histoire du tennis pour une finale de Grand Chelem.

Le numéro un mondial s'est imposé 5-7 6-4 6-2 6-7 7-5 et s'adjuge à 24 ans son troisième titre à Melbourne, son cinquième dans les tournois du Grand Chelem après Wimbledon et l'US Open en 2011, deux triomphes acquis également contre Nadal.

Ce choc sans concessions de part et d'autre pulvérise le record de durée d'une finale de Grand Chelem établi en 1988 à l'US Open lors de la victoire de Mats Wilander aux dépens d'Ivan Lendl en quatre heures et 54 minutes.

Il confirme en outre la domination sur le tennis masculin de Novak Djokovic, numéro un mondial depuis l'été dernier.

Pour Nadal, c'est la septième défaite face au Serbe en sept finales, et celle-ci est particulièrement amère, le Majorquin ayant pu croire avoir renversé le cours de la rencontre en revenant à deux sets partout après avoir été mené 2-1.

Epuisés, les deux joueurs sont restés prostrés sur leur siège avant de venir recevoir leurs trophées après la rencontre.

"Rafa, tu es l'un des meilleurs joueurs (de l'histoire du tennis) et l'un des plus respectés sur le circuit", a déclaré le vainqueur en hommage au vaincu.

"Ce soir, nous avons écrit une page d'histoire. Malheureusement, il ne pouvait y avoir deux vainqueurs. Je te souhaite le meilleur pour la suite de la saison. J'espère que nous disputerons beaucoup d'autres finales", a ajouté Djokovic.

L'Espagnol s'est montré bon perdant. "Félicitations à Novak et à son équipe. Ils le méritent. Ils réalisent quelque chose de fantastique", a dit Nadal.

Le premier set a duré 80 minutes, imprimant d'entrée une rare intensité au mano a mano. Nadal a fait le break à 5-5 pour enlever la manche sur sa troisième balle de set (7-5).

LA PUGNACITÉ DE NADAL

Djokovic a immédiatement répliqué lors de la seconde manche en prenant le service de son adversaire au 4e jeu. Le Serbe dictait alors sa loi, grâce à son coup droit ravageur qui prenait souvent de vitesse l'Espagnol (6-4).

Le Serbe maintenait la pression au troisième set et semblait alors se diriger vers une victoire somme toute assez rapide (6-2).

Mais Nadal donnait une nouvelle fois la preuve de sa pugnacité en arrachant la quatrième manche au tie-break, non sans avoir sauvé trois balles de break à 4-3 pour son adversaire.

Submergé par l'émotion mais galvanisé par son retour, l'Espagnol repartait à l'attaque pour mener 4-2 au cinquième set et rêver à la fin du signe indien.

Ce fut alors Djokovic, qui avait disputé une bataille de près de cinq heures vendredi en demi-finale contre le Britannique Andy Murray, qui trouvait les ressources physiques et mentales nécessaires pour venir à bout de son rival.

Grimaçant, cherchant parfois son souffle, le champion serbe faisait basculer le match en sa faveur en s'emparant du service de l'Espagnol.

Il se signait alors et murmurait une prière, les yeux au ciel, avant son engagement de service qui fut décisif. Sur un dernier coup droit croisé victorieux, le numéro un mondial s'effondrait sur le court, avant de déchirer son tee-shirt et d'en lancer les morceaux en l'air, le visage extatique.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Eric Faye

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant