Open d'Australie: Nadal face à Djokovic, sa bête noire

le
0
FINALE CHOC DE L'OPEN D'AUSTRALIE
FINALE CHOC DE L'OPEN D'AUSTRALIE

par Eric Salliot

MELBOURNE (Reuters) - Vaincu par Novak Djokovic lors de leurs six dernières finales, Rafael Nadal espère trouver enfin la formule qui lui permette dimanche de vaincre le Serbe et de s'adjuger l'Open d'Australie pour la première fois depuis 2009.

Si la finale de dimanche soir entre le numéro un et le numéro deux mondial est du même calibre que les demi-finales, alors la Rod Laver Arena peut déboucher sur un nouveau match de légende.

L'Espagnol, qui convoite un onzième titre du Grand Chelem, se retrouve confronté à une équation qu'il n'a pu résoudre en 2011.

Il ne peut chasser de son esprit la manière brutale dont Novak Djokovic l'a dominé lors de six finales d'importance et sur des surfaces différentes (Indian Wells, Miami, Madrid, Rome, Wimbledon et l'US Open).

Les deux dernières échéances pèsent énormément au moment des retrouvailles sur le Plexicushion de Melbourne. Surtout le match de New York, où Djokovic avait "marché" sur son rival dans la quatrième manche (6-2 6-4 6-7 6-1).

Rafael Nadal n'escompte pas retirer un quelconque avantage du jour supplémentaire qu'il aura eu pour se préparer, ni sur l'intense combat de près de cinq heures mené vendredi par le Serbe face à Andy Murray en demi-finale.

"En 2009, j'avais joué un match de 5h14 face à Fernando Verdasco et j'avais récupéré. On ne pas peut pas dire que cette programmation soit follement injuste. Enchainer demi et finale comme à Flushing Meadows, ça oui, ça l'est", estime-t-il.

PERTURBER LA MACHINE DJOKOVIC

"Vendredi, j'ai regardé la demi-finale entre Novak et Andy à la télé. J'ai vu les images d'un Novak complètement détruit au bout de 2h50. Deux heures plus tard, il était en parfaite condition physique. C'est difficile d'imaginer qu'il ait eu des problèmes", ajoute l'Espagnol.

Pour trouver la solution sur une surface dure, Rafael Nadal sait qu'il devra changer des choses afin de perturber la machine Novak Djokovic qui vise, lui, un triplé à Melbourne.

"Depuis le début de l'année, j'essaie de jouer un peu plus agressif et de frapper plus de coups gagnants. Mais le processus n'est pas achevé', avance-t-il.

Pour Arnaud Boetsch, vainqueur de la Coupe Davis en 1996 et fin connaisseur du jeu, l'ascendant de Novak Djokovic sur son adversaire est trop important.

"L'avantage de Djoko, c'est son revers à deux mains. Il est moins gêné que Roger Federer. Il neutralise le jeu de Nadal. Le dernier match a été magistralement remporté par Djokovic, et le Serbe a la confiance", juge l'ancien joueur français.

"A moins que Nadal n'impose un jeu différent, je ne suis pas sûr que Rafa remporte ce match. Djokovic est plus fort physiquement que Rafa, et il a les armes pour le contrer et le bloquer. Nadal a perdu de la confiance à cause de ça. Peut-être qu'il va trouver des armes, mais je n'en suis pas sûr", pronostique Boetsch.

Les prévisions météos étant pluvieuses ce dimanche, la finale pourrait se dérouler en indoor.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant