Open d'Australie: Nadal écarte Federer et va en finale

le
0
NADAL EN FINALE DE L'OPEN D'AUSTRALIE
NADAL EN FINALE DE L'OPEN D'AUSTRALIE

par Eric Salliot

MELBOURNE (Reuters) - Rafael Nadal s'est qualifié jeudi pour la deuxième finale de l'Open d'Australie de sa carrière, aux dépens de son adversaire préféré Roger Federer, écarté en quatre sets d'un match intense.

Dans cette rencontre devenue un classique dans l'histoire du tennis mondial, la 27e du genre, l'Espagnol a triomphé du Suisse 6-7 6-2 7-6 6-4, au bout de 3h42 de jeu.

Sacré en 2009 à Melbourne, Rafael Nadal rencontrera en finale le vainqueur de la seconde demi-finale, qui opposera vendredi le Serbe Novak Djokovic à l'Ecossais Andy Murray.

A l'image d'une demi-heure époustouflante qui l'a vu se détacher 4-1, Roger Federer a pris tous les risques pour essayer de terrasser son adversaire, en venant 57 fois au filet avec 45% de réussite seulement, et en frappant plus fort que jamais mais avec un inévitable déchet à la clé (63 fautes directes).

Après une première manche perdue au jeu décisif, Rafael Nadal a haussé le niveau de son jeu pendant deux sets avant de réaliser un break décisif à 4-4, dans la quatrième manche, dans une ambiance digne d'un match de football.

"IL JOUE MIEUX CONTRE MOI"

"C'est vraiment un honneur de joueur contre Roger. C'est fabuleux d'avoir un joueur pareil en face de vous", a déclaré Rafael Nadal à l'issue du match.

"J'essaie de continuer d'apprendre de lui. Après mon problème au genou, si vous m'aviez dit il y a dix jours que je serais en finale, je ne l'aurais pas cru. C'est vraiment une fantastique victoire pour moi", a-t-il ajouté.

"J'ai joué mieux que je ne pouvais l'espérer il y a trois mois. Roger a démarré très fort. Quand il joue comme ça, il est presque impossible à suivre", a poursuivi Rafael Nadal.

De son côté, Roger Federer est apparu très marqué par cette nouvelle défaite face à l'Espagnol, la 18e, qui le bloque à 16 Grands Chelems, un record dans l'histoire du tennis.

"Ça fait à peu près cinq mois que je n'ai pas perdu (...) Je trouve qu'il joue mieux contre moi que face à d'autres joueurs", a estimé le Suisse lors de la conférence de presse d'après-match.

"Il a aussi un bon bilan face à moi, ce qui lui donne de la confiance supplémentaire. Il a un plan de jeu qui lui réussit. Il a peut-être moins de mal à s'adapter à mon jeu. Il est gaucher", a-t-il expliqué.

"Au final, je ne suis pas loin. Il est juste dommage que je n'aie pas pu saisir mes chances", a regretté le Suisse, avant de promettre d'oublier très vite cette défaite.

Edité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant