Open d'Australie: le soleil réussit à Djokovic, pas à Stosur

le
0
NOVAK DJOKOVIC IMPRESSIONNANT LORS DE SON ENTRÉE EN LICE À MELBOURNE
NOVAK DJOKOVIC IMPRESSIONNANT LORS DE SON ENTRÉE EN LICE À MELBOURNE

par Greg Stutchbury

MELBOURNE (Reuters) - Le numéro un mondial Novak Djokovic a fait un retour triomphal mardi à l'Open d'Australie, là où il avait lancé il y a un an son extraordinaire saison 2011, bouclée avec trois titres en Grand Chelem et sur un bilan de 70 victoires pour six défaites.

Certes, il ne s'agissait que d'un premier tour, face au modeste Italien Paolo Lorenzi. Mais le caractère expéditif de la rencontre, scellée sur le score de 6-2 6-0 6-0, et la manière qui allait avec, avec quelques coups géniaux dont un entre les jambes, laissent à penser que le Serbe est déterminé à défendre son titre bec et ongles.

"Il m'a fallu quelques jeux pour me mettre dans le rythme (...) Les conditions étaient un peu difficiles. Il devait faire près de 35°C aujourd'hui, donc j'ai mis un peu de temps à m'acclimater à la chaleur", a déclaré "Nole" en conférence de presse.

Si Novak Djokovic a su résister à la chaleur ambiante, son alter ego féminin au palmarès de l'US Open l'année dernière, l'Australienne Samantha Stosur, a vu se transformer cette fournaise en véritable enfer.

En dépit des encouragements de son public, la tête de série numéro six du tournoi a en effet sombré face à la Roumaine Sorana Cirstea, en deux manches, 7-6 6-3.

"J'avais vraiment envie de bien figurer ici. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour me créer des occasions (...) Ce n'est pas faute d'avoir essayé ou d'avoir voulu. Il est impossible de choisir les matches qu'on veut bien jouer. C'est le sport", a analysé Samantha Stosur, juste après sa défaite surprise.

SERENA ET LES INSECTES

Dans le tableau féminin, mis à part cette élimination précoce, les patronnes du circuit ont toutes facilement décroché leur billet pour le deuxième tour.

La numéro deux mondiale Petra Kvitova ne s'est pas éternisée sur le court en battant la Russe Vera Dushevina en deux manches, 6-2 6-0, de même que la tête de série numéro quatre du tournoi, la Russe Maria Sharapova, qui a frôlé la perfection contre l'Argentine Gisela Dulko, 6-0 6-1.

De son côté, après deux ans d'absence sur ce tournoi du Grand Chelem, l'Américaine Serena Williams a été presque aussi expéditive, en battant l'Autrichienne Tamira Paszek 6-3 6-2, malgré les insectes.

A l'issue de sa victoire, l'Américaine a expliqué que la programmation tardive de son match l'avait contrainte à tutoyer de près des petites bêtes volantes, ce qu'elle exècre par-dessus tout.

"Vous n'imaginez même pas combien je déteste les insectes. Ils n'arrêtaient pas de se coller à moi. Beurk ! (...) Je vais demander de ne plus jouer en nocturne car je déteste les insectes, sauf pour la finale. J'ai entendu que ce serait la nuit. Je vais essayer de m'y habituer", a expliqué Serena Williams, treize fois victorieuse en Grand Chelem.

Chez les hommes, les Français ont fait fort, avec huit succès. Avec ce joli tir groupé et les aléas du tirage au sort du début de tournoi, les représentants du tennis tricolore, dont Jo-Wilfried Tsonga, seront donc huit dans le haut du tableau masculin, soit un quart des participants dans cette moitié de tableau.

Du côté des favoris, seul Andy Murray a semblé être en légère difficulté lors de ce premier tour. Le finaliste des deux dernières éditions a en effet eu besoin de quatre sets pour se défaire de l'Américain Ryan Harrison 4-6 6-3 6-4 6-2.

"Je n'avais jamais joué contre lui ou tapé la balle avec lui. Cela prend toujours un peu de temps de s'habituer à un nouvel adversaire. Mais une fois que j'ai dépassé ça, j'ai beaucoup mieux joué", a décrypté l'Ecossais.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant